Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


La fausse Lucie de Fatima dénoncée

Publié par Éric FAURE sur 19 Avril 2016, 08:55am

LA FAUSSE LUCIE DE FATIMA DENONCÉE PAR NOTRE-DAME DE LA SALETTE DANS SON SECRET

 

Extrait de la prochaine étude qui va paraître

Par ÉRIC FAURE

 

 

La fausse Lucie de Fatima dénoncée

« Dans les couvents les fleurs de l’Eglise seront putréfiées » secret de la Salette 21 novembre 1878

« LES MINISTRES DE DIEU ET LES EPOUSES DE JESUS CHRIST, IL Y EN A QUI SE LIVRERONT AU DESORDRE, ET C’EST CE QU’IL Y AURA DE PLUS TERRIBLE. »

secret de la Salette 6 juillet 1851

 


Dans l’année 1865, (entendre l’année du dernier concile, 1965… et souvenez vous du passage «  En l’année 1(9)64 », qui sont des chronologies précises qui encadrent dans le secret, sa description du pape souffrant des derniers temps, pour que l’on comprenne bien que le Vicaire qui aura beaucoup à souffrir est bien Paul VI, qui est le pape de ces années là ! ) on verra l’abomination dans les lieux saints ( les premières applications des réformes impies du dernier Concile … le démon est pressé, il ne perd pas de temps, pendant que le peuple de Dieu insouciant jouit de cette période de paix de 25 ans, - 1945/ 1970 - en manquant d’une totale gratitude envers Dieu, qui l’a sorti de la seconde guerre mondiale ! ) ; dans les couvents, les fleurs de l’Eglise seront putréfiées ( Notre Dame ne me l’a pas fait comprendre sur sa montagne, mais il convient de voir ici une invitation à se méfier de cette fleur putride, nauséabonde, qui s’est présentée comme Lucie de Fatima au couvent des carmélites. Notre Dame vient de nous dire que les franc-maçons ou faiseurs de miracles feront ressusciter des morts qui prendront la figure des justes, c'est-à-dire que des agents à eux passeront pour morts et ressusciteront en prenant la figure des justes, pour prendre leur place , afin de mieux séduire ou tromper spirituellement les catholiques. Cela ne s’applique pas qu’à la personne du pape, même si c’était essentiellement au sosie de Paul VI, que Notre Dame pensait précédemment. Lucie selon les révélations en cours d’exorcisme a été remplacée elle aussi, par un sosie. « La fleur de l’Eglise putréfiée au couvent », c’est je pense la fausse Lucie de Fatima, maquillée pour ressembler à Lucie de Fatima, et se faire passer pour elle. C’est un autre « prodige extraordinaire » que le sosie de Lucie de Fatima ! Ce passage constitue une mise en garde au sujet de la personne qui se présentera comme étant Lucie de Fatima. La description qu’en fait Notre Dame de la Salette porte sur ce qu’était déjà cette mauvaise femme dans les années 60, que le démon s’est réservée ) et le démon ( qui sera l’inspirateur de cette machination consistant à remplacer la vraie Lucie de Fatima, par cette fleur putride, ) se rendra comme le roi des cœurs ( par cette supercherie du sosie de Lucie, le démon a berné le monde avec ses mises en scènes, consistant à faire croire que Wojtyla est soutenu, adoré même par Lucie de Fatima, histoire de faire croire que son suppôt Wojtyla est soutenu par Notre Dame de Fatima ou la très sainte Vierge Marie. Dans le passage suivant, Notre Dame nous fait comprendre ce qu’il faut entendre, par «  fleurs putrides » ici. Putride, c’est être en état de putréfaction. En biologie, c’est le processus de décomposition par lequel les corps organisés, d’origine animal ou végétal, modifient complètement leur aspect et leur composition. Il s’agit de la dégradation des molécules organiques par l’action de micro-organismes. Derrière cette idée de putréfaction se dégage l’idée de mort et de pourriture, d’odeurs fétides, insupportables. L’idée, c’est que cette femme a été corrompue par le démon, et que la vie spirituelle n’est pas en elle, elle est spirituellement morte, la vie du Christ par delà les apparences n’est pas en elle, cette femme est pourrie jusqu’à la moelle, et que si cela pouvait se percevoir par le nez, on sentirait son odeur pestilentielle, on se boucherait le nez tellement c’est insupportable, et que si on pouvait voir l’état de son âme, avec les yeux, on serait épouvanté ; c’est comme si cette personne était rongée par les vers , vermoulue. Elle est comme une fleur, en cela qu’elle porte l’habit des Epouses du Christ, mais son père, c’est le démon, en cela qu’elle est monstrueuse, tout comme Wojtyla d’ailleurs. Elle ressemble à la mère de l’antéchrist, « cette religieuse hébraïque, cette fausse vierge en communication avec le vieux serpent, le maitre de l’impureté ! » et dans le lot des « fleurs putrides », il est possible qu’il faille voir en priorité la mère de l’antéchrist, celle qui donnera ou a déjà donné naissance « à la bête », « au roi des rois des ténèbres », comme quoi on aurait une indication chronologique de la naissance du grand Antéchrist, dans le secret, mais ce n’est pas certain, loin de là ! Il est vraisemblable qu’il y ait un rapport entre ce texte là, et ceux que je viens de faire remonter à la surface, y compris le passage : « beaucoup de couvents ne sont plus les maisons de Dieu, mais les pâturages d’Asmodée et des siens. » Mais ces textes là, dont j’aurais envie de dire beaucoup de choses, je n’ai pas à les expliquer, je ne dois expliquer que les passages préparant le peuple de Dieu au retour miraculeux de Paul VI.)

La fleur putréfiée, pourrie, sortie du couvent, dont nous parle Notre Dame de la Salette dans son secret , la voici en action ! Cette mise en scène, tiré d’un documentaire filmé, est vraiment diabolique ! Celle en dessous est du même ordre, il s’agit de faire croire que Notre Dame de Fatima soutient à fond Wojtyla, alors que pour la Très Sainte Vierge Marie, Wojtyla est « un monstre ». Lorsque notre Dame de la Salette dit à Maximin, qu’un monstre viendra troubler une paix de peu de durée, elle pense à Wojtyla : « un grande paix arrivera mais elle ne durera pas longtemps. Un monstre viendra la troubler toute. » Ce passage correspond dans le secret de Mélanie à cet avant coureur de l’Antéchrist qui vient mettre un terme à cette paix parmi les hommes qui ne sera pas longue. Ce monstre et cet avant coureur de l’Antéchrist, c’est la même personne, et d’ailleurs on verra plus loin qu’il s’agit pour Notre Dame de la Salette de Wojtyla. Ici, cette religieuse que l’on nous présente comme étant Lucie de Fatima se précipite après la communion, pour baiser la main de ce monstre, pour montrer devant la caméra, qu’elle l’adore ! C’est ignoble ! Le Démon a mis le paquet ce jour là, et on peut dire que ce jour là, il s’est rendu comme le roi des cœurs !

La fausse Lucie de Fatima dénoncée

« Les ministres de Dieu (entendre en priorité l’ignoble Wojtyla ) et les épouses de Jésus-Christ ( entendre en priorité cette femme hideuse qui dit être « Lucie de Fatima » ) , il y en a qui se livreront au désordre, et c’est ce qu’il y aura de plus terrible », première rédaction du secret de la Salette par Mélanie du 6 juillet 1851. Il n’y a pas de doute que derrière «  les ministres de Dieu, qui se livreront au désordre » qu’il faut entendre Wojtyla. Pour le comprendre, il faut reprendre la prophétie dans son contexte : « la fertilité sera grande, le monde content de rien recommencera ses désordres, abandonnera Dieu, et se livrera à ses passions criminelles. Les ministres de Dieu, et les Epouses de Jésus-Christ, il y en a qui se livreront au désordre, et c’est ce qu’il y aura de terrible. » En effet, ce passage de la rédaction du 6 juillet 1851 va incontestablement de paire avec cet autre passage de la rédaction du 21 novembre 1878 : « 25 ans d’abondante récoltes ( la fertilité sera grande) leur feront oublier que les péchés des hommes sont la cause de toutes les peines qui arrivent sur la terre ( le monde – sous entendu catholique – abandonnera Dieu). Un avant coureur de l’antéchrist (…) combattra contre le vrai Christ (se livrera donc au désordre) (…) voudra anéantir le culte de Dieu ( faire cela s’est encore se livrer au désordre) pour se faire regarder comme un dieu ( c’est toujours se livrer au désordre) », c'est-à-dire, que cet avant-coureur de l’Antéchrist est nécessairement un ministre de Dieu, lorsque l’on met bord à bord les deux rédactions de Mélanie du secret, qui sont sensées rapporter les mêmes choses.

Pauvre «  Boanergès » ou « pauvre Vincent Morlier » qui croyait que cet avant coureur désignait l’URSS ! Et c’est pareil pour Laurent Morlier , qui ne voulait pas me croire à ce sujet en 1999. Mais à cette époque là, on n’avait pas encore à notre disposition, la rédaction du 6 juillet 1851, qui prouve bien que cet avant coureur est un ministre de Dieu. Et pour Notre Dame de la salette, il s’agit nécessairement comme on le verra d’un antipape, d’un intrus, certes , mais validement évêque, ministre de Dieu. Ce qu’il y a de terrible, pour Notre Dame de la Salette, c’est qu’il usurpe la fonction pontificale ! Nécessairement alors, cette épouse du Christ que l’on voit embrasser la main de Wojtyla, retenir la main, pour avoir ses caresses, est dans le collimateur de cette arme redoutable qu’est le secret de la Salette, secret que Notre Dame de la Salette a mis à notre disposition, pour nous défendre, contre ses deux suppôts de Satan que nous voyions sur la photographie, et qui se présentent comme des personnes âgées bien innocentes, alors qu’ils sont d’une perversité, et d’une ignominie, à couper le souffle ! Pour nous faire comprendre qu’ils ont été introduits par le démon dans les ordres religieux, Notre Dame enchaîne sur le passage suivant, sans plus attendre (Remercions là, Notre Mère du Ciel, car cela nous fait vraiment chaud au cœur de la voir rétablir la vérité ! Quelle consolation pour nous de la comprendre … Enfin !!! ) :

La fausse Lucie de Fatima dénoncée

Que ceux qui sont à la tête des communautés religieuses se tiennent en garde pour les personnes qu’ils doivent recevoir, parce que le Démon usera de toute sa malice pour introduire dans les ordres religieux des personnes adonnées au péché, car les désordres et l’amour des plaisirs charnels seront répandus par toute la Terre.( Notre Dame ici dénonce l’infiltration maçonnique dans l’Eglise, mais par-dessus tout, nous prépare à comprendre qu’il y aura un avant coureur de l’Antéchrist, c'est-à-dire un infiltré sur le siège de Pierre, à savoir Wojtyla qui lui est issu d’une société si secrète qu’elle ne figure pas sur internet, à savoir, le parti ésotérique de Moscou, fondé par Staline, ce passage est écrit pour nous faire comprendre ce qui va suivre. Que Wojtyla vienne du parti ésotérique de Moscou, ce n’est pas ce que dit Notre Dame, mais elle laisse entendre implicitement que c’est un infiltré qui n’avait pas en étant élu sur le siège de Pierre, l’intention de faire la volonté de N.S. Jésus-Christ, mais au contraire c’est pour Notre Dame de la Salette, un individu qui hait N.S. Jésus-Christ et son Eglise, et qui fait semblant d’ adhérer à la Religion catholique, et le meilleur moyen pour faire croire qu’il appartient à cette Religion, a été de faire croire qu’il est profondément marial, Wojtyla hait Notre Dame et tout particulièrement ce qui se rapporte à ses secrets, non pas qu’il en comprend le sens, mais parce qu’il subodore à l’intérieur un coup tordu de la véritable Religion catholique qu’il veut détruire.

Notons également, que ce passage est aussi pour nous faire comprendre qu’il n’y a pas que des hommes comme Wojtyla infiltré, dans l’Eglise, il y a aussi des femmes. En effet, il arrive à point nommé pour nous faire comprendre, comment il est possible qu’il y ait des « fleurs putréfiées » dans les couvents. Les couvents contiennent aussi bien des hommes que des femmes, et dans la rédaction du secret du 6 juillet 1851, Mélanie dit bien, qu’à côté des ministres de Dieu qui se livrent au désordres, il y a aussi des Epouses du Christ, c'est-à-dire des religieuses, et on vient de prouver dans le commentaire de l’image ci-dessus, qu’il fallait voir en priorité dans les ministres de Dieu, qui se livrent au désordre, Wojtyla, et comme cette rédaction du 6 juillet 1851, associe à Wojtyla, des Epouses du christ qui rivalisent avec lui de perfidie, il convient de voir en priorité dans l’expression Epouses du Christ, qui se livrent aux désordres, la fausse Lucie de Fatima, ou par son attitude avec Wojtyla, « le démon se rend comme le roi des cœurs ». Parmi les religieuses putréfiées, pourries, agents infiltrées, la fausse Lucie de Fatima arrive en tête de liste, qui d’autres d’ailleurs pourrions nous montrer du doigt parmi ces femmes introduites dans les couvents par le démon ? Avec le recul de l’histoire, tout devient plus clair ! )

 

La fausse Lucie de Fatima dénoncée

 

Notre nouveau site :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents