Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


La révolution romaine

Publié par Jean-Baptiste sur 30 Juin 2016, 19:34pm

Dans le précédent article, j'ai abordé le fascinant sujet de la date de naissance, ou devrais-je dire de l'époque de naissance de l'Antéchrist. J'y reviens ici quelques instants, avant d'évoquer un sujet qui lui est lié, et qui est également d'un grand intérêt (la révolution romaine)...

 

 

Il faut signaler qu'Éric Faure, entre-temps, s'est rangé à mon avis (comme quoi l'Antéchrist est né sous le règne de Wojtyla, et non pas sous Ratzinger), car il s'est aperçu qu'il avait commis une erreur d'interprétation sur les "trois ans de calme" : il publiera prochainement un article sur le sujet, qui révèle une chose fort intéressante. Plus le temps passe et plus nos découvertes progressent...

Vous savez que selon mon frère Simon - et je partage son idée - le refuge de la femme au désert, dans l'Apocalypse, court à compter de 754 (date de la donation de Pépin le Bref et de la création des états pontificaux) et s'achève en 2014, avec la canonisation invalide et sacrilège de l'antipape Jean-Paul II : ce sont les 1260 jours (1260 années) de refuge de l'Église à Rome, qui avant de devenir la capitale de la chrétienté, était au contraire la capitale du paganisme, et donc un désert spirituel (dans la Bible le désert symbolise le paganisme). Rappelons d'ailleurs que les jours, en langue juive, ne désignent pas nécessairement vingt-quatre heures : comme l'a expliqué le chanoine Weber dans Les quatre évangiles réunis en un seul, ils peuvent symboliser des durées plus longues, par exemple des mois ou des années.

Évidemment, il est naturel de se demander : pourquoi le refuge de la femme se terminerait-il en 2014 ? Pourquoi cette date plutôt qu'une autre ? Certes, la cérémonie sacrilège de 2014 fut un événement très grave ; mais il y a eu d'autres événements d'une gravité semblable : par exemple l'usurpation du Saint-Siège par le sosie de Paul VI. Par conséquent, pourquoi Dieu a-t-il indiqué spécialement la date de 2014 ? La date de l'installation du sosie figure bien, mais au titre du commencement du règne de la Grande Prostituée (les 42 mois, soit 42 années), qui court de 1972 à 2014. Or, Notre-Seigneur aurait pu manifester ces dates d'une autre manière, en signalant la durée du refuge de la femme par 1218 jours (de 754 à 1972), tout en signalant les 42 mois (années) du règne de la Grande Prostituée. Cependant, un tel mode d'expression de la durée l'eût privée d'une grande part de sa richesse symbolique, car les 1260 jours correspondent en même temps au règne de l'Antéchrist, et certains auteurs disent également que les juifs de la forteresse de Massada résistèrent aux Romains durant trois ans et demi (soit 1260 jours) ; or cette forteresse est située dans le désert de Judée, donc on peut dire que la Synagogue s'y est réfugiée durant tout ce temps. Évidemment, ce n'était plus la Synagogue de Dieu, car les juifs avaient renié le Christ ; mais cette résistance opiniâtre et ce refuge des juifs rescapés devait être l'image de l'exil de l'Église dans les derniers temps du monde. En outre, il y a une autre raison qui pourrait justifier le choix de Dieu quant aux 1260 jours et à leur échance (2014) : on peut penser que si Dieu a accordé une telle importance à la cérémonie sacrilège de canonisation invalide de Karol Wojtyla, ce ne serait pas seulement parce qu'il est le principal précurseur de l'Antéchrist (et le pire antipape de l'histoire) mais le père biologique de l'Antéchrist, né sous son règne.

Je tiens à préciser que je n'ai pas de certitude sur ce point : je fais simplement remarquer qu'à mon avis, vu l'importance accordée par Dieu à cette date de 2014, elle pourrait manifester un fait plus grave encore que nous le pensons. Cf. l'ouvrage de mon frère à propos de Daniel VII-9.

 

 

Maintenant, venons-en à la Révolution romaine. Plusieurs révélations privées relatives à la survie de Paul VI, dont les exorcismes suisses, évoquent une révolution à Rome (voire dans le reste de l'Italie) au moment du second exil du Saint-Père. Cette révolution est décrite comme étant d'inspiration marxiste, communiste ; et selon toute apparence il ne s'agit pas d'une simple figuration de l'usurpation du Saint-Siège par des antipapes lors du premier exil de Paul VI (ces antipapes étant des agents communistes ou maçonniques) : ces révélations privées semblent bien évoquer le second exil de Paul VI, et une révolution au sens littéral.

Ces événements seront là encore en conformité avec le passé, car lorsque la Jérusalem infidèle a été attaquée par les Romains, les Zélotes révoltés ont incendié les provisions de la ville sous prétexte de rendre les soldats plus combattifs, résignés à la mort. Sans cela Jérusalem aurait eu des provisions pour tenir plusieurs années ! Et suite à la famine qui sévit, les Romains prirent le dessus et le Temple fut incendié. Aujourd'hui, il en sera de même du Vatican, qui brûlera selon les exorcismes suisses. D'autres révélations privées disent qu'il s'effondrera.

Ainsi, de même que le peuple s'est révolté lors du sac de la Jérusalem infidèle, il se révoltera lors du sac de la Rome infidèle. Mais la subtilité est qu'il y aura probablement deux révoltes différentes : une sainte révolte du peuple catholique de Rome au moment du retour de Paul VI (ou peu de temps auparavant), et plus tard une révolution marxiste, elle d'inspiration diabolique, qui provoquera le second exil de Paul VI (je n'en ai pas la certitude, mais c'est ainsi que je conçois les choses).

La "sainte colère du peuple" (sa révolte contre les autorités apostates du Vatican), est l'un des passages les plus mystérieux des exorcismes suisses :

« Un linceul recouvre l'Église... la croix est effacée, si bien qu'on ne voit même pas toute la poutre horizontale de la Croix, encore bien moins la poutre verticale qui mène à la Trinité... Cachés sous ce linceul noir, nous ne voyons pratiquement que des serpents et de la vermine... et il y a encore un dragon, un dragon à sept têtes. Ces sept têtes combattent les sept sacrements. Chez ce dragon, presque toutes les sept têtes crachent du feu, du soufre et de la fumée... Il en est de même de l'Église officielle et du Vatican. Jusqu'ici, cela a été caché à Rome sous le linceul d'un sarcophage. Ce n'est que lorsque le souffle empoisonné de ce dragon fera des trous dans le linceul et qu'on sentira à l'extérieur la puanteur du feu et du soufre, que la vraie Église et le peuple tout entier verront que Rome ne possède pas le vrai Pape.

« Malheur, quand ce monstre répugnant, d'abord encore caché aux yeux de la plupart, sortira la tête du linceul... Alors, à Rome, ils auront perdu la partie. Car leurs têtes seront si effrayantes et leurs figures si grimaçantes, semblables à la peste, que les gens prendront peur.

« Une sainte colère s'emparera du peuple. Dès que le linceul sera soulevé, nous autres (en Enfer) nous serons bloqués. L'odeur sortira par tous les trous, de sorte que le souffle pestilentiel empoisonnera presque les hommes » (exorcisme du 10 mai 1979).

 

 

Dans l'Apocalypse, la Grande Prostituée (la fausse Église) est dépouillée par les armées de l'Antéchrist. Mettre à nu, dans le langage populaire, c'est révéler le vice de quelqu'un : car depuis le péché originel, notre nudité est notre honte, et nos organes sexuels "les organes de la honte". Cela tend donc à indiquer que la Loge dévoilera des scandales du Vatican, ce qui provoquera la colère du peuple. Comme nous le disons depuis déjà un certain temps, et comme me l'a fait encore remarquer Éric il y a peu, les catholiques fidèles ne sont pas les seuls à haïr la fausse Église : cette dernière est haïe également de la franc-maçonnerie, qui s'en est servie à titre transitoire, mais qui sacrifice ses "instruments" lorsqu'ils sont devenus gênants ou inutiles. Or, ce que la Loge hait le plus dans la fausse Église, c'est l'image (ténue et obscure, mais réelle) de la véritable Église. En d'autres termes, la fausse Église rappelle encore à la Loge la vraie Église : elle est son pâle reflet. Et la Loge hait jusqu'à l'ombre de l'Église. Donc elle souhaite en finir avec la Grande Prostituée qui a servi ses crimes : à ses yeux, la nouvelle Babylone doit laisser la place au règne de l'Antéchrist. La Loge est impatiente, irritée : elle veut hâter l'heure du faux messie dont elle prépare le règne depuis tant de siècles. C'est peut-être la raison pour laquelle l'antipape François multiplie comme jamais les blasphèmes et les déclarations scandaleuses, allant de plus en plus loin, au point de choquer les "catholiques" modernistes : on peut imaginer qu'il le fasse par peur, pour montrer son zèle à favoriser les plans de la Loge. Mais Satan sait sacrifier ses plus dévoués serviteurs lorsqu'ils lui sont devenus inutiles ou néfastes !

La métaphore du Linceul, dont nous avons parlé plus haut, est reprise dans un exorcisme postérieur, que l'on peut trouver dans l'ouvrage de Vincent Morlier "L'extraordinaire Secret de la Salette" (1988), qui n'est malheureusement plus édité par DFT depuis que l'intéressé ne croit plus à la survie de Paul VI ! Mais Simon a réussi à s'en procurer un exemplaire d'occasion un jour, sur internet.

 

NOTE IMPORTANTE : La révolution romaine pourra présenter un lien avec une faillite bancaire en Italie. Voir l'article de mon frère :

 

 

 

VISITEZ NOTRE SITE INTERNET :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents