Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


Précision sur l'infaillibilité de l'Église

Publié par Jean-Baptiste sur 13 Août 2016, 08:55am

Dans mon ouvrage "La survie de Paul VI : une certitude de foi", j'ai réfuté l'idée de l'abbé Ricossa selon laquelle l'Église n'était plus infaillible durant les périodes de vacance pontificale. Notez que vous aurez du mal à trouver un seul théologien qui enseigne une telle hérésie... Or, je défie quiconque prétendrait démentir mes propos, de lire la revue Sodalitium dédiée au "dossier sur le sédévacantisme" : l'abbé Ricossa y écrit noir sur blanc qu'en période de vacance l'Église n'est plus infaillible ! Cet argument est destiné à servir sa position théologique, qui consiste à dire que la disparition de Église enseignante ne contredit par la doctrine de l'indéfectibilité de l'Église, cette dernière n'étant - selui lui - infaillible que lorsqu'il existe un pape, et l'indéfectibilité ne devant s'entendre - selon lui - que d'une survie matérielle de la hiérarchie (ce qui est faux car la visibilité de l'Église doit être à la fois matérielle et formelle, et sans élément formel il n'y a plus de succession apostolique ni d'Église authentique).

Ici, j'aimerais appporter une précision importante à ce sujet...

Vous savez que j'avais commis une erreur à propos de la distinction entre erreur et hérésie : je pensais que les erreurs enseignées comme des doctrines de foi devenaient des hérésies. Je vais vous expliquer pourquoi...

Tous les théologiens enseignent que l'épiscopat est immunisé contre l'hérésie, au sens où il ne peut errer gravement ensemble et d'un même mouvement, dans l'enseignement de la foi (doctrine que nie honteusement catholicapedia et le clan LHR). Mais comme le magistère ordinaire et universel est couvert par l'infaillibilité, il est même logique de penser que l'épiscopat est immunisé contre toute erreur, et non seulement contre l'hérésie. Pourtant, j'ai l'impression - mais je peux me tromper - que ce n'est pas l'enseignement des théologiens.

CEPENDANT, je pense pouvoir dire que selon eux, l'épiscopat ne peut enseigner une erreur comme doctrine de foi. C'est-à-dire que l'épiscopat semble pouvoir commettre des erreurs théologiques (comme le Pape dans le cadre du magistère seulement "authentique"), mais pas au point de les présenter comme des doctrines de foi. D'où ma confusion quant à la distinction entre erreur et hérésie. Mais on touche là à des questions très précises en matière de théologie dogmatique, et même dans les manuels les plus accrédités il est souvent difficile de trouver une réponse claire. Si jamais j'en trouve une, je vous le dirai...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents