Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


La moralité des jeux vidéos

Publié par Jean-Baptiste sur 4 Octobre 2016, 12:31pm

L'un de nos amis m'a envoyé un mail pour me reprocher d'avoir utilisé un jeu vidéo dans la réalisation de ma dernière vidéo sur la défaite des Croisés à Hattin. Il prétend également que je fais "l'apologie des jeux vidéos".

À vrai dire j'avais déjà eu l'intention d'aborder le sujet de la moralité des jeux vidéos, mais j'avais des sujets plus importants à traiter et donc je m'étais ravisé plusieurs fois. Globalement les prêtres sont divisés sur la question, comme sur celle des sports de combat. Pour ma part je pense que les sports de combat ne sont pas intrinsèquement mauvais (pas tous, du moins), mais que leur moralité dépend de l'intention du sportif. Dans le cas des jeux vidéos c'est différent : cela dépend du contenu du jeu.

 

Le problème des films et des jeux vidéos est qu'ils reflètent l'état d'esprit de la société actuelle ; et comme nous vivons dans une société mauvaise, les films et jeux vidéos sont souvent mauvais. Cependant, vous abstiendrez-vous de regarder le film La Passion du Christ, au motif que les films sont immoraux ? Moi non ! Eh bien, c'est la même chose pour les jeux vidéos...

Mon correspondant m'accuse de "perdre du temps" ; mais est-ce que promener son chien par exemple c'est perdre du temps ? Non. Par contre, est-ce que le promener toute la journée c'est perdre du temps ? Oui !

 

En soi, je ne vois pas le problème d'utiliser un jeu vidéo pour illustrer une vidéo sur le thème des croisades. Les extraits du film "Kingdom of Heaven", sur youtube, étaient trop peu nombreux et assez laids ; d'autre part je n'ai théoriquement pas le droit de les utiliser. La paresse, à mon avis, aurait bien plutôt consister à dire "je vais coller quelques images ici et là, ma voix par-dessus, et tout ira bien" ; tandis que là j'ai mis du temps pour arriver à faire cette reconstitution, avec la Vraie Croix et des uniformes cohérents.

Il y a des prêtres traditionalistes (au moins un) qui ont publié sur internet des films très peu travaillés, avec des images fixes. En soi c'est trop facile ; et Notre-Seigneur n'aime pas la solution de facilité. Quand j'ai réalisé mon film j'ai dû m'instruire sur les techniques à utiliser, et apprendre de moi-même. J'ai dû sélectionner énormément d'images et passer de très nombreuses heures à chercher des musiques (celles qu'on trouve sont généralement pitoyables). J'ai dû également enlever chaque bruit humide de la bouche dans mes enregistrements audios, pour en retirer un maximum, avec le logiciel audacity : ce qui oblige à sélectionner les bruits parasitaires un par un. Je voulais que ce soit le mieux possible, tout simplement.

Là, de même, cela me gênait de ne trouver que peu d'images à même d'illustrer ma vidéo ; et donc j'ai eu l'idée de recourir au mod "Nova Aetas" (réalisé par un catholique), du jeu "Mount And Blade Warband".

Comparez d'ailleurs cette partie de ma vidéo avec la partie où je parle de la défaite des Juifs contre les Philistins : je n'avais que très peu d'images à utiliser pour illustrer cette défaite, car sur ce thème on trouve peu d'images de qualité sur internet. Or, il est plus ennuyeux de regarder une vidéo médiocrement illustrée. Donc si j'avais pu faire la même chose pour la défaite des Juifs que ce que j'ai pu faire pour la défaite des Croisés, je ne m'en serais pas privé.

 

Mais pour revenir à la question de la moralité des jeux vidéos, notre ami me dit que ces jeux sont "un business démoniaque destiné à détourner les âmes des intérêts supérieurs, en les coupant de la réalité". Notez que vous pourriez dire la même chose de l'alcool, de la sexualité, et de beaucoup d'autres choses... En soi, il n'est pas faux d'afirrmer que les jeux vidéos sont utilisés par Satan pour détourner les âmes de la réalité, de leur devoir d'état, et des biens surnaturels ; mais c'est pareil pour l'alcool, et pourtant l'alcool n'est pas un mal en soi. Donc mon interlocuteur raisonne dans le cadre de la morale rigoriste, qui ne s'attache pas à l'équilibre spirituel mais à l'accomplissement d'un devoir positif idéalisé.

Quels sont les problèmes de moralité que posent les films et les jeux vidéos ? Les mêmes que ceux qu'on rencontre dans toute la société : la violence, la drogue, le sexe, l'argent érigés en idoles. Mais est-ce que dans tous les films et les jeux vidéos on rencontre de la violence et du sexe ? Non. D'ailleurs, la colère et la violence ne sont pas mauvaises par leur nature mais par leurs excès : et les rigoristes du monastère de la Sainte Famille ont tort de prétendre, par exemple, qu'un joueur qui tue un soldat ennemi dans un jeu vidéo commet un péché de meurtre en pensée ! Je vous assure que c'est littéralement ce que prétendent les deux frères Dimond, et si nous les imitons il ne faudra pas s'étonner que les athées et tous les incrédules se moquent de nous. Les catholiques ne sont pas des protestants évangéliques fanatiques qui voient le péché partout. En soi, il n'y a pas de péché de meurtre à tuer un soldat virtuel dans un jeu vidéo ! Certains militaires utilisent même des jeux vidéos comme exercices de simulation.

 

Je dirais que le sexe, la violence, le langage ordurier, et la magie, sont les problèmes les plus fréquents que posent les jeux.

1°) Dans le cas du sexe, il faut bannir purement et simplement tous les jeux qui contiennent des images impures, à cause de l'occasion de péché.

2°) Dans le cas de la violence, seules la surenchère et la violence illégitime sont blâmables. Les effusions de sang légères sont acceptables, mais pas les détails de plus en plus sordides qu'on rencontre dans certains jeux photoréalistes d'aujourd'hui.

3°) Dans le cas du langage ordurier, il faut bannir les jeux où il y a des blasphèmes ou des jurons graves.

4°) Dans le cas de la magie, il faut différencier les mondes imaginaires (du type conte de fées) et les mondes new age du type Harry Potter, remplis de symboles mauvais. Les uns sont généralement bénins (par exemple le Seigneur des Anneaux), les autres sont répréhensibles.

Il n'y a guère que les Arabes et les protestants fanatiques qui fustigent avec force les contes de fées et les Mille et une nuits ! Au moins un saint a blâmé l'attitude du Pape Paul IV, qui s'était selon lui "rendu ridicule" en mettant à l'Index le Roland furieux de l'Arioste ! (Je ne sais plus si je vous en ai déjà parlé mais je peux retrouver le nom du saint en question si cela vous intéresse).

 

Pour ma part, je ne regarde presque jamais de films, sauf - récemment - des documentaires animaliers ; car un trop grand nombre de films sont immoraux. Donc je suis loin d'être laxiste sur le sujet, contrairement à bien des fidèles et même des prêtres : on l'a vu lors de la parution des Cristeros, où figurent des femmes immodestement vêtues, ce qui n'a pas empêché plusieurs catholiques tradis d'en faire la promotion.

 

En résumé, les films et les jeux vidéos ne sont pas intrinsèquement mauvais, mais comme ils sont immoraux pour leur grande majorité, il vaut mieux s'en abstenir, sauf justement quand on est certain qu'ils sont bénins.

J'en profite également pour dire que ceux qui pensent que les échecs sont un jeu intelligent tout en fustigeant les jeux vidéos, se trompent grandement. Car les échecs reposent en grande partie sur la mémoire, au point que des ordinateurs sont capables de battre les meilleurs joueurs. Au contraire, dans un bon jeu vidéo de stratégie, les ordinateurs ne valent rien contre les meilleurs joueurs, sauf lorsque les unités à diriger sont nombreuses (sachant qu'un seul ordinateur peut effectuer en une seule seconde de multiples opérations différentes). Je le dis d'expérience, étant donné qu'avant de devenir catholique j'ai beaucoup joué à un jeu de stratégie dans mon adolescence, et je dirigeais un clan avec mon frère. Nous étions le deuxième meilleur clan du jeu, et même nous pouvions battre le meilleur clan lorsque nous réunissions une bonne équipe. Par la suite mon frère est devenu l'un des meilleurs joueurs français sur un autre jeu. Ce jeu était d'une grande subtilité et complexité stratégiques, et il existait un site où l'on pouvait voir les batailles des meilleurs joueurs (lorsqu'elles étaient enregistées). C'est ainsi que certains joueurs donnaient naissance à des stratégies inédites, parfois surclassées ultérieurement par des stratégies plus efficaces.

L'un des intervenants de "media presse info" surestime ce que l'on appelle "l'intelligence artificielle", en prenant justement l'exemple des échecs. Or c'est un très mauvais exemple, car les échecs sont très largement fondés sur la mémoire ; et les ordinateurs sont bien meilleurs que nous en termes de mémoire. Mais pour ce qui est de l'inventivité, c'est autre chose.

 

Le monde moderne manque de simplicité, et toutes ces technologies contribuent à nous éloigner de Dieu, en créant un climat de dissipation ; mais il en va ainsi de toute la civilisation industrielle. Par ailleurs, la solution est-elle de bâtir un village sauvage comme les Amish ? Probablement pas. Ce monde existe et il faut vivre avec, tout en se préservant du péché autant que possible.

Contre l'ennemi, on doit combattre à armes égales. Lors de l'invention de l'imprimerie, les prêtres paresseux ont dit "l'imprimerie, c'est Satan !", parce que Luther l'utilisait ; et St. François de Sales, lui, a utilisé l'imprimerie contre le protestantisme. De même, le Père Alberione, de notre époque, a dévoué sa vie à mettre la technologie au service de Dieu, au point que son corps est incorruptible.

 

Il faut savoir que lors du tournage de La Passion du Christ, il y a eu des miracles et des conversions. Mel Gibson ne vit pas comme un bon catholique (bien que nous n'ayons pas le droit de le juger), mais il a tourné le meilleur film jamais réalisé sur le Christ (de loin), et des millions de gens l'ont vu. Imaginez un peu, si de notre côté nous en avions fait autant avec la survie de Paul VI ? Ce serait un scénario extraordinaire, et cela impressionnerait vivement les gens. Songez-y, imaginez un vieillard destitué de sa charge, fuyant sur l'île de Crète, les vêtements déchirés, et recueilli dans un monastère grec "orthodoxe", leur apprenant qu'il est Pape ! Songez un peu à l'impression sur le spectateur.

Si notre monde comptait des catholiques riches et prêts à dédier leur argent à une bonne cause, ce projet aurait pu voir le jour ; mais il n'a malheureusement pas pu voir le jour !

Aujourd'hui, certains jeux vidéos ont atteint le photoréalisme, et en soi j'assume de dire que dans une société chrétienne, il aurait été possible de réaliser des choses intéressantes. Pour vous donner un exemple, les concepteurs de "Assassin Creed Unity" ont réalisé une reconstitution virtuelle époustouflante de la cathédrale de Paris et d'un secteur de 20km2 autour d'elle, à l'époque de la Révolution française. Ils se sont aidé d'un professeur d'histoire spécialiste de la vie quotidienne des parisiens à cette époque. Le jeu a d'ailleurs fâché Mélanchon car il présente la Révolution française comme extrêmement violente (ce qui est entièrement conforme à la réalité !). En soi c'est le concept du jeu qui est blâmable (l'idée d'assassinat), mais sur le plan artistique, il faut reconnaître que le projet est une belle réalisation...

Quel catholique ne revêrait-il pas de se plonger dans un univers photoréaliste tel que les croisades, ou encore la Jérusalem assiégée par les Romains ?

Le tout est de ne pas perdre de vue son devoir quotidien et de se rappeler que les oeuvres humaines sont peu de choses comparées aux oeuvres divines.

 

Enfin, je pense pouvoir ajouter que la crise actuelle de l'Église est en grande partie liée au rigorisme et au jansénisme : car comme me l'a dit un prêtre sédévacantiste, avant Vatican II, il n'était pas si rare que des communautés religieuses vivent dans un esprit janséniste ; et le modernisme les a séduites, en ce sens qu'elle leur a présenté Dieu non plus sous l'apparence d'un juge inexorable, mais d'un Père qui pardonne tout. Or, aucune de ces deux visions n'est vraie ; et il s'agit de ne tomber ni dans l'une ni dans l'autre.

Il y a des tradis dont les fils et les filles apostasient à cause de leur sévérité excessive. Certains n'accordent presque pas de temps libre à leurs enfants.

Je connais l'exemple d'une famille d'autrefois, pieuse mais qui était d'une telle sévérité qu'elle avait choqué un prêtre qui mangeait chez elle (cette famille l'avait invité), au point qu'il avait quitté la table et était parti. Plus tard les enfants ne sont pas restés catholiques et sont même devenus hostiles à la religion, sauf un.

Pour vous donner un autre exemple, je connais le cas d'un prêtre sédévacantiste qui réprouve le caractère mixte des journées du MJCF ; or je vois mal comment les jeunes peuvent se rencontrer et se marier sans ce genre de journées récréatives.

Enfin, on m'a raconté que la plupart des prêtres tradis qui ont défroqué étaient connus pour être d'une sévérité excessive au confessional.

Dans la morale catholique, il y a des questions sur lesquels l'intransigeance est de mise, et d'autres sur lesquelles la tolérance est permise !

 

Commenter cet article

Jean-Baptiste 04/10/2016 18:05

Je ne retrouve plus le livre, mais j'ai retrouvé la citation sur internet :

"Saint Pierre Canisius, le premier jésuite allemand, déclarait à l'époque que cet Index, établi par le pape Paul IV en 1557 sur base de dénonciations de théologiens en proie à des animosités, ou élaboré hâtivement, sans aucun procès en règle, à savoir avec absence de pièces à conviction pertinentes et irréfutables, était assurément un sujet de scandale permanent. --- Quant au cardinal Michel Ghislieri, grand Inquisiteur de Rome et futur pape Saint Pie V, qui était certes sévère, il affirmait qu'interdire les Cent nouvelles antiques et Roland furieux d'Arioste, c'était se rendre ridicule."

Si même le cardinal Ghislieri, si excessivement sévère, jugeait qu'il était ridicule de mettre à l'Index de tels ouvrages, cela en dit long sur la chose. Certains s'étonneront de me voir dire que le futur Pape Saint Pie V était trop sévère ; mais c'est chose connue : chez lui, la suspicion de l'hérésie était portée très loin. Peut-être qu'il s'est modéré en devenant pape. Ce n'est parce qu'on est saint qu'on n'a jamais commis d'erreurs dans sa vie, loin de là. J'ai vu le cas d'un saint (j'ai oublié son nom) qui faisait trop travailler ses moines, et d'ailleurs il me semble avoir lu également que Saint Benoît était lui-même trop sévère vis-à-vis de ses moines, jusqu'à ce que le Christ lui dise.

t 04/10/2016 16:26

Oui ca m'intéresse ce Saint qui balance sur Paul IV.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents