Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


La corruption des moeurs (bis repetita 2)

Publié par Jean-Baptiste sur 23 Novembre 2016, 14:58pm

Sur facebook, au sein d'un groupe non-officiel dédié à la Fraternité Saint Pie X, nous avons eu une polémique à propos de la moralité conjugale. L'un des intervenants accusait Simon de "dire n'importe quoi". En cliquant sur son image de profil, Simon a vu s'afficher une bannière d'une nature très voluptueuse : l'intéressé embrassait sa femme, qui avait une robe de mariée au dos presque à moitié découvert.

(Notons que dans les pays arabes, le simple fait de s'embrasser en public est déjà vu, à juste titre, comme de l'impudeur et de la lubricité).

Voilà l'état de ceux qui défendent la volupté dans le mariage...

Jamais le Padre Pio n'aurait marié une femme habillée ainsi. J'ai dit à l'intéressé que sa femme n'était "pas vêtue comme une chrétienne, mais comme un autre type de femme".

Voici une partie de la discussion :

La corruption des moeurs (bis repetita 2)
La corruption des moeurs (bis repetita 2)

Commenter cet article

PAUL VI 26/11/2016 22:25

Définition du mot "licéité" :
"Qualité d'un acte moralement permis par la loi ou la discipline ecclésiastique."
L'acte conjugal est un acte commis à deux. Paul VI précise même très bien ce qu'il entend par là (dernier paragraphe que vous n'avez pas du lire) :
"quand, pour de justes motifs, la procréation n'est pas désirable, et en user dans les périodes agénésiques, comme manifestation d'affection et sauvegarde de mutuelle fidélité. Ce faisant, ils donnent la preuve d'un amour vraiment et intégralement honnête."
ILS est au pluriel : autrement dit, l'acte conjugal en dehors des périodes fécondes, "est une manifestation d'affection et sauvegarde mutuelle de fidélité". "CE FAISANT, ILS (PLURIEL) DONNENT LA PREUVE (l'un comme l'autre) D'UN AMOUR VRAIMENT ET INTÉGRALEMENT HONNÊTE."
Savez-vous la définition du mot "INTÉGRALEMENT" et encore "HONNÊTE" ???
Comment osez-vous insérer un péché véniel là dedans ???
Vous feriez mieux de vous taire sur ces questions, n'étant d'abord ni théologien et n'ayant aucune autorité dans l'Église pour parler de ces choses, et encore en plus interpréter dans un sens tordu et erroné les textes du Magistère !!!
Saint Paul ne dit rien d'autre, en conseillant même des périodes d'abstinence, mais de ne pas les prolonger et de se remettre ensemble, pour éviter justement des égarements plus grands au niveau moral. Dans l'absolu (c'est-à-dire indépendamment de la faiblesse humaine), il est mieux de rester sans femme ou sans mari, MAIS "pour éviter le risque d'impudicité", il est préférable que chaque homme ait sa femme et inversement. Et dans le cadre du mariage, même dans les périodes infécondes, il n'y a aucun péché. Le mariage est d'ailleurs un "remède à la concupiscence". "Mieux vaut se marier que de brûler", etc. : tous ces passages s'entendent que le désir charnel doit se réaliser dans le mariage exclusivement, et pour les deux fins du mariage : procréation ET soutien mutuel. Un péché véniel comme vous dites ne peut être un "remède". Or, la sexualité en dehors des périodes fécondes, EST selon l'enseignement du Magistère un REMÈDE, UNE PREUVE D'UN AMOUR VRAIMENT ET INTÉGRALEMENT HONNÊTE ! Fin de la discussion !

PAUL VI 26/11/2016 20:49

Connaissez-vous l'enseignement du PAPE PAUL VI dans HUMANAE VITAE ???
Il est licite d'user du mariage (avoir des rapports sexuels non liés à la procréation) dans les périodes infécondes :
Voilà donc l'enseignement du MAGISTÈRE CATHOLIQUE LE PLUS AUTHENTIQUE ! :

Licéité du recours aux périodes infécondes

16. A cet enseignement de l'Eglise sur la morale conjugale, on objecte aujourd'hui, comme Nous l'observions plus haut (n. 3), que c'est la prérogative de l'intelligence humaine de maîtriser les énergies offertes par la nature irrationnelle et de les orienter vers un but conforme au bien de l'homme. Or, certains se demandent: dans le cas présent, n'est-il pas raisonnable, en bien des circonstances, de recourir au contrôle artificiel des naissances, si on obtient par là l'harmonie et la tranquillité du foyer et de meilleures conditions pour l'éducation des enfants déjà nés ?

A cette question, il faut répondre avec clarté l'Eglise est la première à louer et à recommander l'intervention de l'intelligence dans une œuvre qui associe de si près la créature raisonnable à son Créateur, mais elle affirme que cela doit se faire dans le respect de l'ordre établi par Dieu.

Si donc il existe, pour espacer les naissances, de sérieux motifs dus, soit aux conditions physiques ou psychologiques des conjoints, soit à des circonstances extérieures, l'Eglise enseigne qu'il est alors permis de tenir compte des rythmes naturels, inhérents aux fonctions de la génération, pour user du mariage dans les seules périodes infécondes et régler ainsi la natalité sans porter atteinte aux principes moraux que Nous venons de rappeler (20).

L'Eglise est conséquente avec elle-même quand elle estime licite le recours aux périodes infécondes, alors qu'elle condamne comme toujours illicite l'usage des moyens directement contraires à la fécondation, même inspiré par des raisons qui peuvent paraître honnêtes et sérieuses. En réalité, il existe entre les deux cas une différence essentielle: dans le premier cas, les conjoints usent légitimement d'une disposition naturelle; dans l'autre cas, ils empêchent le déroulement des processus naturels. Il est vrai que, dans l'un et l'autre cas, les conjoints s'accordent dans la volonté positive d'éviter l'enfant pour des raisons plausibles, en cherchant à avoir l'assurance qu'il ne viendra pas; mais il est vrai aussi que dans le premier cas seulement ils savent renoncer à l'usage du mariage dans les périodes fécondes quand, pour de justes motifs, la procréation n'est pas désirable, et en user dans les périodes agénésiques, comme manifestation d'affection et sauvegarde de mutuelle fidélité. Ce faisant, ils donnent la preuve d'un amour vraiment et intégralement honnête.

http://w2.vatican.va/content/paul-vi/fr/encyclicals/documents/hf_p-vi_enc_25071968_humanae-vitae.html

Jean-Baptiste 24/11/2016 09:10

Bonjour,

Vous pouvez m'appeler Jean-Baptiste !

D'accord, je vais vous ajouter. Des Jean-Baptiste André il y en a un pas mal...

SOETE 24/11/2016 08:13

Bonjour Monsieur,

Comme je vois que vous avez un compte FB, j'ai voulu vous demander en ami. Mais en tapant votre nom dans la barre de recherche, vous n'apparaissez pas. Mon nom de profil est Philippe Nounoute Soete avec en image de profil La Dame de tous les peuples. Je suis vos publications régulièrement ainsi que celles de votre frère et d'Eric Faure. J'en profite pour vous signaler que je ne reçois pas systématiquement un mail d'avertissement à chaque nouvelle publication (alors je viens tous les 2 à 3 jours voir si un nouvel article), est-ce normal ? Je vous demande donc si vous pouvez me faire une demande d'ami sur FB ?
D'avance merci, que Notre Dame de la Salette vous guide tous les 3 !!!
Fraternellement, Philippe

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents