Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


Une question morale, sur la contraception

Publié par Jean-Baptiste sur 8 Décembre 2016, 11:00am

L'un de vous m'a soumis une question morale à propos de la contraception, et malheureusement je ne connais pas d'ouvrage de théologie morale qui donne de réponse précise à ce problème. De surcroît, les prêtres mettent souvent du temps à répondre à ces questions quand on leur envoie un mail, voire même ils ne répondent pas du tout ! Donc j'en appelle ici aux âmes de bonne volonté qui auraient l'obligeance de nous répondre, par le formulaire de contact ou dans les commentaires du présent article.

La Sacré Pénitencerie a dit que lorsqu'un homme utilise un préservatif, sa femme est tenue de refuser l'acte conjugal, sauf raison très grave, et qu'elle doit opposer la même résistance qu'une femme menacée de viol. Visiblement le problème est identique dans le cas d'une femme qui utiliserait la pilule (et même bien pire puisque d'après certaines personnes la pilule a un effet abortif) : l'homme doit se refuser absolument ; mais qu'est-ce qu'une "raison très grave" ? La menace de divorce, par exemple, est-elle une "raison très grave" ?

 

 

VISITEZ NOTRE SITE INTERNET :

 

http://www.lasurviedupapepaulvi.net/

http://www.lasurviedupapepaulvi.net/

Commenter cet article

Jean-Baptiste 08/12/2016 16:38

Notons cependant que même dans le cas de l'étreinte réservée, il y a apparemment exigence d'une "raison grave", mais je n'ai pas lu que l'épouse soit dans le même cas qu'une femme menacée de viol. Donc là encore j'ai du mal à voir ce qu'est la "raison grave".

Jean-Baptiste 08/12/2016 16:35

Sans faire de mauvaises plaisanteries je vois mal une femme forcer un homme à avoir une relation sexuelle. Mais effectivement, le devoir de l'homme ou de la femme quand son conjoint demande l'acte tout en pratiquant la contraception, c'est de refuser. Dans le cas de l'onanisme par "étreinte réservée" le problème est différent, car au départ l'intégrité de l'acte est préservée, donc la femme n'est pas responsable et il n'y a pas de coopération.

Visiteur 08/12/2016 14:27

(Avis personnel) La menace de divorce ne me semble pas etre une "raison très grave".
Le mariage est indissoluble, aussi une femme qui divorce, ou qui ayant divorcée se trouve un autre partenaire commet l'adultère; qu'elle divorce ou qu'elle force son partenaire a avoir une relation (ajouté a cela l'utilisation de la pilule) il y a péché dans les deux cas. Le partenaire qui refuse l'acte n'est aucunement coupable dans les deux cas. Si il accepte de rendre l'acte tout en sachant qu'une méthode de contraception sera utilisée par la suite on peut supposer qu'il ait une part de responsabilité cependant.

Dans tout les cas, je ne vois pas quelle raison grave on peut trouver, a par peut etre des menaces sur la vie d'une tierce personne mais cela semblerait un cas de figure vraiment très rare.

Simon ANDRE 08/12/2016 13:17

Je ne vois pas quelle raison grave on peut trouver!
C'est forcément absolument interdit et toujours interdit d'avoir un rapport contre nature.
Le cas du simple onanisme est différent, car la femme peut n'être que passive vis-à-vis du crime de son mari.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents