Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


Haut les coeurs ! (bis 2)

Publié par Jean-Baptiste sur 13 Janvier 2017, 16:40pm

 

Si les garabandalistes relisaient les révélations de Marie d'Agréda, elles jugeraient sans doute la Sainte Vierge plus misogyne que moi :

"Un homme rougirait d'être appelé femme, et regarderait ce nom comme un sanglant affront, parce qu'il le priverait du pouvoir et de la noblesse que renferme la qualité d'homme : mais c'est bien un plus grand déshonneur d'être moins qu'une femme, et de se conduire selon ses caprices ; car celui qui obéit est inférieur à celui qui commande. Cependant il y en a beaucoup qui se dégradent à ce point, sans comprendre que leur avilissement est d'autant plus honteux qu'une femme corrompue est un être plus abject et plus odieux : en effet, quand la femme a perdu cette vertu de la pudeur, il ne lui reste rien qui ne soit fort méprisable devant Dieu et devant les hommes".

Ici la Très Sainte Vierge Marie caractérise le péché d'Hérode et celui d'Hérodiade : elle explique qu'Hérode a soumis sa volonté à son amante, et qu'Hérodiade s'est souillée par le péché d'impudicité, qui rend la femme méprisable devant Dieu et devant la société des hommes. La Vierge explique que l'homme a un rang supérieur à la femme et qu'il aurait honte d'être appelé une femme.

Les hommes peuvent devenir prêtres, ce que ne peuvent pas les femmes. Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, et plusieurs autres saintes, auraient voulu pouvoir célébrer le Saint Sacrifice ; mais elles ne le pouvaient pas, en raison de leur sexe.

Aujourd'hui, on dit volontiers que "l'homme et la femme sont complémentaires" ; mais on dit beaucoup moins volontiers que l'homme a un rang supérieur.

Le MJCF a publié une bonne brochure sur le mariage, qui rappelle les vérités chrétiennes quant aux relations homme-femme. Néanmoins je ne suis pas d'accord avec leur idée selon laquelle il n'y a aucun problème à ce que les jeunes femmes étudient, au sens où cela favoriserait leur épanouissement intellectuel. À mon avis, d'une part ce serait une occasion de péché inutile (à cause des fréquentations à l'Université), et d'autre part ce serait une dépense inutile. Les femmes peuvent s'instruire en lisant à la maison, elles n'ont pas besoin d'aller à l'Université. Mgr Williamson a raison : elles ne doivent pas étudier, sauf si elles se destinent au célibat ou à des métiers féminins tels que institutrices ou gynécologues, infirmières,etc. Dans la Fraternité Saint Pie X il y a pas mal de riches qui ont de l'argent à perdre, et donc le MJCF prétend que les femmes peuvent étudier, alors qu'il s'agit d'argent dépensé inutilement quand on sait que les familles ordinaires n'ont pas des salaires élevés, et que les sommes seraient mieux dépensées à aider les jeunes femmes à s'établir avec leur mari.

J'ai dit dans mes précédents articles que la femme n'a de juridiction sur les hommes ni dans la société civile, ni dans la société religieuse, et je ne fais en cela que répéter l'enseignement des théologiens. J'ai connu moi-même une chapelle survivantiste qui a déraillé en partie à cause de l'influence de vieilles femmes excentriques sur le prêtre, et je pense que sans leur influence délétère il aurait été possible d'enrayer le mal en ramenant ce prêtre à la raison (il règne dans la chapelle en question une fausse conception de la spiritualité). Cet exemple est une constante de l'histoire étant donné qu'après la séduction d'Ève à l'encontre d'Adam, est née la séduction de plusieurs rois par leurs femmes mauvaises, au point de donner naissance entre autres à ces contes populaires sur la méchante marâtre. L'exemple d'Hérode et d'Hérodiade est loin d'être le seul, et si j'ai bonne mémoire les écrivains ecclésiastiques ont retenu ce parallèle comme une répétition du péché d'Ève.

Dans cette chapelle dont je viens de parler, c'est une femme qui est présidente de l'association, ce qui est contraire tant à l'ordre naturel qu'à la doctrine catholique. Le président de l'association doit être le prêtre, et il n'a jamais l'excuse de dire qu'il "n'a pas le temps", car on a toujours le temps d'être catholique. Il vaut mieux ne pas créer d'association dans une chapelle plutôt que de la faire présider par une femme.

Les victimes des sectes sont majoritairement des vieilles femmes, parce que non seulement les femmes ont en moyenne moins de discernement, mais avec l'âge il s'installe chez certaines personnes une forme de gâtisme qui accentue ce défaut (le gâtisme n'est pas une insulte, c'est un terme médical).

L'abbé Rioult a parlé des différences homme/femme dans l'un ses derniers sermons, il a dit notamment que les femmes sont attachées aux détails, contrairement aux hommes qui ont une analyse plus globale (d'où un meilleur discernement en moyenne). C'est ce que l'on voit dans les entreprises, où certaines bonnes femmes font des caprices pour un oui ou pour un non, répandent des racontars, interprètent les comportements,etc.

Je ne méprise pas les femmes, ce sont les femmes - la plupart - qui se méprisent elles-mêmes, au point de donner leur corps en pâture aux regards impurs de ceux qui convoitent leur chair honteuse, au point de donner la mort à leurs propres enfants dans leur ventre, au point de vouloir dominer les hommes,etc. À Bayside, la Vierge Marie a dit aux femmes modernes  "vous êtes du fumier dans les rues".

Personne ne respecte les libertins, mais les femmes encore moins que les hommes, car il est souverainement honteux de livrer son corps à un homme vicieux, de laisser ainsi profaner son corps, qui est chez la femme le vase sacré duquel doit naître la vie d'un enfant, au point que le Fils de Dieu Lui-même fut conçu dans le sein maternel.

Ce sont les fornicateurs qui méprisent les femmes, certainement pas moi !

Combien de fois aie-je entendu des gourdes se plaindre de leur "mec" alors qu'elles étaient elles-mêmes coupables d'être "sorties" avec un garçon simplement pour son physique, mais qui ne valait rien sur le plan moral. Autrefois quand on se fiançait, les jeunes avaient le temps de se connaître, et les femmes en restant vierges jusqu'au mariage soumettaient les hommes à l'épreuve de l'amour (un minimum), en leur demandant de s'engager ; tandis qu'aujourd'hui, il n'y a plus d'engagement ni de sacrifice. Regardez cette femme qui fait la une de l'actualité, Jacqueline Sauvage : son mari incestueux violait ses propres filles, et elle, elle l'a tué pour en finir ; et quand on lui a demandé pourquoi elle était restée avec, elle a répondu "je l'avais dans la peau" ! C'est du vice, rien d'autre ! D'une part elle n'aurait jamais dû se lier avec, d'autre part elle aurait dû au moins le quitter (par la séparation de corps) quand elle a vu ce qu'il faisait !!

Il est décrit comme "le loubard du coin", dont elle est "tombée amoureuse". Mais ce qu'on appelle "tomber amoureuse", ici c'est de l'attraction animale, l'esprit de fornication, rien d'autre ! Aimer quelqu'un ce n'est pas être attiré par lui, mais être prêt à mourir pour lui. Une femme n'a pas à "tomber amoureuse" d'un crasseux, d'un type brutal ou sans mœurs. Dans ces cas là on passe son chemin. Mais combien de femmes aiment justement les hommes vils, grossiers, ternis par la plus sombre laideur morale ? C'est ce qui me rendait misanthrope avant de devenir chrétien, c'était la cause principale. Je ne pouvais pas supporter de voir ça.

Les tueurs en série ont des admiratrices qui leur écrivent, qui "fantasment" sur ces meurtriers. Voilà jusqu'où peut aller l'attrait morbide des femmes pour la domination masculine.

J'ai peut-être une vision noire des femmes, mais aujourd'hui j'ai des excuses...

Voilà ce que j'ai eu le déplaisir de lire l'autre jour sur la page de ma boîte mail :

Haut les coeurs ! (bis 2)

 

Des "January Jones", il y en a combien ? Moi je vous dis qu'il y en a plein.

Notre-Dame de Fatima disait : "beaucoup de mariages ne plaisent pas à Dieu".

 

Mais aujourd'hui c'est encore pire car on ne se marie plus, on fornique...

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents