Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


L'obligation de voter

Publié par Jean-Baptiste sur 20 Avril 2017, 20:07pm

 

Il y a peu, j'ai vu sur le blog catholicapedia une publication reprenant un vieil article de Louis-Hubert Remy, où ce dernier s'ingéniait à démontrer que les catholiques ne devaient pas voter. Comme de coutume avec l'intéressé, l'article en question a un ton pharisaïque, hautain, et désagréable au possible. C'est en quelque sorte la marque de fabrique de catholicapedia et du clan LHR. Mais passons sur la forme, et parlons du fond : LHR a-t-il tort ou raison ?

J'ai trouvé sur internet un bon article en anglais, qui prouve que l'enseignement des papes (et plus généralement de l'Église) consiste bien à dire qu'il existe une obligation de voter de la part des catholiques. Non seulement plusieurs papes l'ont affirmé de manière explicite, mais on peut le déduire également par un raisonnement sur la poursuite du bien commun naturel (et du bien surnaturel).

LHR commet plusieurs erreurs :

1°) Il ne peut y avoir aucune démocratie légitime.

2°) Voter revient à pérenniser un système intrinsèquement mauvais.

3°) Les catholiques n'ont pas d'obligation de voter.


Répondons-y point par point :

1°) D'abord, il est faux de prétendre que la démocratie repose nécessairement sur l'idée de la souveraineté du peuple : c'est une erreur grossière typique de l'esprit sans nuance de Louis-Hubert Remy. Chez lui le raisonnement est réduit à un slogan, à une caricature. L'idée de la souveraineté du peuple postule que la souveraineté appartient en propre au peuple ; or il est en soi possible qu'un gouvernement démocratique admette le fait que sa souveraineté dérive de Dieu : Saint Robert Bellarmin l'écrit dans le Pontife Romain.

Ensuite, le gouvernement démocratique peut tout à fait être légitime, bien qu'il soit considéré comme moins bon que la monarchie par la plupart des théologiens. À cet égard il faut noter que l'Église elle-même est un gouvernement mixte, principalement monarchique mais tempéré par des éléments d'aristocratie et de démocratie. Ici bas c'est ce qu'il y a de meilleur, comme l'avait compris l'historien grec Polybe. Le Père Kramer, dans son commentaire sur l'Apocalypse, va même jusqu'à qualifier l'Église primitive de démocratie au sens où les apôtres et les autres disciples du Christ se considéraient comme des égaux dans leurs rapports fraternels, bien qu'ils fussent supérieurs ou inférieurs de par leur ministère (évêques pour les uns, simples prêtres pour les autres).

2°) Si Dieu a permis que la monarchie française fût abolie, c'est qu'elle ne méritait plus d'exister. Par conséquent, en prétendant que le vote pérennise un système mauvais on raisonne de façon charnelle et idéaliste, en rêvant du rétablissement d'un régime que Dieu a condamné à mort. Tant qu'il n'existe pas d'opportunité de restaurer la monarchie il faut voter, car d'une part le bien commun le commande, et d'autre part ce n'est pas parce que quelques monarchistes irréductibles s'abstiendront de voter que le système actuel en sera affecté !

3°) Les catholiques ont l'obligation de voter parce que les papes leur ont enseigné de le faire et parce que le bien commun naturel et surnaturel le commandent.

 

LHR cite le catéchisme de Spirago qui dit qu'il n'est pas permis de voter pour des non-catholiques ; mais comme souvent avec LHR il s'agit d'un pur sophisme, car Spirago parlait dans un contexte où il était possible de voter pour des catholiques ! Quand ce n'est pas possible, il faut voter pour le meilleur candidat ou le moins mauvais : celui dont le programme est le plus conforme au bien commun.

De même, quant à l'idée que la plupart des gens ne seraient pas capable de voter pour le bon candidat, il est facile de répondre que les catholiques peuvent demander conseil à un prêtre ou à des gens plus instruits qu'eux.

 

Je ne souhaite pas m'étendre sur la question car j'ai des choses plus importantes à faire. Ceux d'entre vous qui parlent anglais peuvent se reporter au site ayant évoqué ce sujet.

Dans nos milieux certains répètent bêtement "la république c'est la judéo-maçonnerie, il ne faut pas voter, lisez les auteurs contre-révolutionnaires",etc. Ce sont des idéologues et des gens charnels. Ils ont la nostalgie d'un monde qui n'existe plus, plutôt que de chercher à faire le bien sur cette terre, telle qu'elle est. On peut dire qu'ils sont charnels au sens où ils rêvent d'une exaltation temporelle de la religion, alors que les Évangiles nous enseignent que nous serons toujours persécutés. 

Certes, il serait souhaitable que la religion règne dans le monde ; mais ce n'est pas le cas : donc il ne faut pas rêver d'un monde idéal (qui n'existera que dans la Jérusalem céleste), il faut plutôt poursuivre un bien pratique. 

Le clan LHR croit dur comme fer aux pseudo prophéties sur le Grand Monarque temporel, alors que la plupart ne sont pas crédibles du tout ; or s'ils y croient tant c'est justement parce qu'ils ont cette mentalité charnelle que j'ai décrite plus haut : ils s'attachent à l'idée d'une exaltation temporelle de la religion, plutôt que de désirer avant tout le règne spirituel de Dieu dans les âmes. Ils se croient "anti-modernistes" et "contre-révolutionnaires", et pourtant ils commettent des erreurs identiques à celles de plusieurs modernistes et libéraux, en particulier Lamennais, qui était un idéaliste épris de "rêves à système". C'est l'une des choses qui l'ont mené à sa perte...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents