Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


Notre pèlerinage à Fatima

Publié par Jean-Baptiste sur 20 Mai 2017, 08:20am

 

Avant que nous nous rendions à Fatima, certains de nos amis nous ont souhaité de voir le Saint-Père. Je dirais que cela aurait été une puissante manière de nous stimuler dans la pratique des vertus ; cependant, en la matière Dieu préfère généralement nous accorder sa grâce ordinaire : elle doit nous suffire à bien vivre et à faire notre salut. 

Si nous avions vu le Pape Paul VI, comme d'autres l'ont vu, nous aurions eu la manifestation sensible de ce que nous voyons déjà par les yeux de la foi, en vertu d'une certitude de foi catholique et ecclésiastique (je vous renvoie à mon ouvrage "La survie de Paul VI : une certitude de foi"). En d'autres termes, nous aurions vu des yeux du corps une chose que nous savons déjà par les yeux de l'âme.

Là, au contraire, Dieu nous a fait connaître des informations que nous ignorions sur les communautés sédévacantistes, grâce à la rencontre providentielle d'un prêtre et d'un laïque issus de ces milieux.

Simon et moi étions en train de faire les stations du chemin de Croix à Valinhos (lieu de passage des trois voyants lorsqu'ils conduisaient leurs moutons), en même temps qu'un autre fidèle. Quelque temps plus tard, il s'est adressé à nous en nous demandant si nous étions en rapport avec l'idée de la survie de Paul VI. Il m'a alors expliqué qu'il avait vu mon film à la fin de l'année, et qu'il m'avait reconnu. Nous avons pu discuter sur la crise de l'Église, et il nous a raconté qu'il a connu de nombreuses communautés sédévacantistes, qu'il souhaitait intégrer pour y vivre en tant que religieux ; mais à chaque fois cela s'est mal passé, à cause de l'attitude des prêtres. 

Cette rencontre a confirmé le témoignage que nous avait donné le prêtre qui nous accompagnait, lui aussi issu des milieux sédévacantistes, et qui avait connu le séminaire de Mgr Sanborn ainsi que d'autres communautés sédévacantistes, à la fois en France et aux États-Unis. Selon ces deux témoignages, les prêtres sédévacantistes sont généralement très déséquilibrés (au demeurant je l'ai déjà entendu de la bouche même d'une religieuse guérardienne... ).

Le monsieur qui nous a rencontré m'a fait cette remarque "il y a une telle dichotomie chez eux ; je me suis même demandé si l'on peut avoir la vérité de la doctrine quand on est mauvais sur le plan moral ?"

À vrai dire Notre-Seigneur Lui-même nous a donné la réponse : "Jugez un arbre à ses fruits". 

Si presque toutes les communautés sédévacantistes sont mauvaises, le sédévacantisme ne peut pas être la vérité ; et c'est précisément l'enseignement que Dieu nous a donné durant ce pèlerinage. Quelque part c'était une manière aussi claire de nous confirmer dans la vérité que si nous avions vu le Pape Paul VI. 

En soi, il n'était certes pas si improbable que je rencontre ce fidèle guérardien ; mais les circonstances font que c'était manifestement providentiel, comme l'a reconnu l'intéressé lui-même, pour plusieurs raisons :

1°) Nous étions en pèlerinage avec un prêtre issu des milieux sédévacantistes, qui avait précisément le malheur d'avoir eu une expérience particulièrement désastreuse de ces milieux.

2°) Nous n'avons pas fait le chemin de Croix tous les jours ; et là nous le faisions en même temps, aux mêmes stations !

3°) C'était la première fois que je rencontrais une personne ayant vu mon film et reconnaissant mon visage ; même dans la chapelle que je fréquente chaque dimanche personne ne m'a jamais abordé de cette manière. 

4°) Cette rencontre pourra être utile à plusieurs personnes (ce serait manquer de discrétion que d'en dire plus).

 

En résumé, je dirais que ce pèlerinage a été riche en grâces, et j'interprète cela comme une invitation à continuer de combattre le sédévacantisme, en réfutant cette erreur de la désespérance, qui voudrait que l'Église fût actuellement privée de son chef : elle ne l'est qu'en apparence, et non pas de façon absolue, dans le sens où il existe bien un pape vivant sur cette terre, caché et destiné à revenir pour restaurer l'Église.

Non seulement ce pèlerinage a été riche en grâces, mais il nous a offert un tableau complet de la situation actuelle de l'Église :

1°) L'ambiance "people" de la venue de l'antipape François, qui vient en chantre de l'humanisme international plutôt qu'en pape.

2°) La prière discrète et humble du cardinal Burke et de plusieurs Franciscains de l'Immaculée sur le chemin de Croix, là où Bergoglio est acclamé par une foule innombrable. 

3°) Notre marche à contre-sens, lorsque nous nous éloignions du lieu où Bergoglio se rendait (tout le monde affluait vers le sanctuaire pendant nous le fuyions). En somme une allégorie de la situation de l'humanité lorsqu'elle sera confrontée à l'Antéchrist.

4°) La suspension de huit supérieurs français de la Fraternité Saint Pie X.

5°) Deux témoignages sur les désordres des communautés sédévacantistes, sans compter un troisième témoignage sur les dérives conclavistes, auquel on peut ajouter la bêtise de plusieurs fidèles de Lisbonne qui se privent de la Messe depuis très longtemps à cause de leurs erreurs sur le "una cum".

6°) La rencontre d'un prêtre traditionaliste rallié, persécuté par son évêque pour avoir restauré la pratique religieuse dans les nombreuses paroisses qui lui ont été confiées (il célèbre la Messe en latin).

7°) L'incapacité des catholiques fidèles à croire en la survie du Saint-Père Paul VI, qui est pourtant le seul remède à leurs maux.

8°) La profanation du sanctuaire par les modernistes : la laideur de la modernité d'un côté (avec le centre culturel d'art moderne et le "crucifix" hideux), la beauté de la tradition de l'autre (la basilique magnifique qui trône sur la grande place, et ses portiques).

 

On peut dire que le tableau était complet, car il manifestait le désordre général de la crise actuelle : 

-corruption de la foi chez les modernistes ;

-combat pour et contre le ralliement dans la Fraternité Saint Pie X ;

-pharisaïsme dans les communautés sédévacantistes ;

-bonne volonté de quelques prêtres ralliés, et persécutions du Vatican contre les meilleurs d'entre eux (et non pas contre les pires !).

 

Le seul remède, nous le répétons, c'est la survie du Pape Paul VI.

Les lefebvristes et les sédévacantistes sont dans la détresse ; tandis que nous, nous avons la paix et l'assistance de Dieu. Des difficultés, mais la paix...

Notre pèlerinage à Fatima
Notre pèlerinage à Fatima
Notre pèlerinage à Fatima

Commenter cet article

fm 12/06/2017 20:00

vous ecrivez dans cet article que "de nombreuses personnes ont vu Pâul VI".. alors qu'ailleurs vous ecrivez que 2 personnes l'on vu.. dont un refuse de le jurer sur l'autel!

entre "de nombreux", et "2" (dont on ne veut pas preter serment, il y a une grande différence...

expliquez nous ce "gap"?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents