Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


Précision terminologique

Publié par Jean-Baptiste sur 7 Mai 2017, 20:24pm

 

Suite à mon article sur l'obligation catholique de voter, j'ai reçu ce commentaire pharisaïque : 

jean baptiste: vous n'avez pas entendu parler des commandements de Dieu? et notamment du 6°????

quant à la "contextualisation", par Pie XII, vous n'avez pas non plus été regarder le texte original, sinon vous auriez immanquablement remarqué l'alinéa suivant celui que vous citez....

a moins que tout cela ne soit volontaire... et là le péché mortel, c'est vous qui le commettez !

prions !

 

Il est évident que dans mon article, j'ai entendu la terminologie employée par le prêtre guérardien dans un sens restreint : c'est-à-dire au sens de la loi divine cérémonielle. Naïvement, j'ai pensé que ce prêtre ne considérait pas la loi naturelle mais seulement la loi positive de Dieu. Or s'il a entendu le terme de loi divine dans son sens complet (et après coup je pense que c'est le cas !), son affirmation est absurde : car le fait de voter (quand on en a le pouvoir) fait bien partie des devoirs civiques, qui constituent l'une des trois composantes de la loi divine : l'ouvrage anglophone que j'ai cité le dit explicitement

Nous sommes tous tenus de concourir à la réalisation du bien commun, autant que nos moyens le permettent ; or le vote conditionne la réalisation du bien commun ; donc il faut voter, et il s'agit de ce que l'on appelle une obligation de justice.

Quant au fait de suggérer qu'une citation volontairement raccourcie du Pape Pie XII aurait constitué un péché mortel, cette affirmation est digne des fanatiques qu'on trouve parfois dans nos milieux. Détendez-vous un peu les amis... 

Dans certaines revues tradis (par exemple Sodalitium), il est arrivé que tel ou tel prêtre emploie des citations raccourcies, avec un esprit déloyal de basse stratégie argumentaire ; mais ce serait une grande sottise de parler de "péché mortel" pour caractériser cette attitude ; un délire !

D'ailleurs, de mémoire je n'ai pas cité le Pape Pie XII, je n'ai fait que restituer ce qu'il a dit de façon résumée : car il a évoqué la question du vote à plusieurs reprises, et je n'avais pas le temps de traduire toutes ses citations. Simplement, il est manifeste, dans chacune de ses citations, qu'il a pris soin de s'exprimer de façon générale, afin que les cas français et italien soient l'occasion de donner un enseignement plus large sur la question du vote. C'est sans aucune ambiguïté, il suffit de le lire. 

Comme le disait Saint Paul, notre religion n'admet pas la tergiversation. Si vous voulez tergiverser, alors ça n'est pas catholique. Les papes, les évêques et les théologiens ont été clairs. Suivant leur enseignement, il faut retenir les propositions suivantes :

-Les catholiques doivent utiliser les armes qui sont en leur possession pour concourir à la réalisation du bien commun ;

-Ils ont l'obligation de voter, au moins sous peine de péché véniel, et même sous peine de péché mortel en cas de circonstances graves (or les circonstances sont souvent graves, car il y a presque toujours des candidats mauvais susceptibles de gagner les élections, en tout cas à l'heure actuelle) ;

-Il est permis voire souhaitable de voter même lorsque les candidats sont tous en partie indignes, afin d'éviter un plus grand mal ;

-La dignité ou l'indignité du candidat peuvent être difficiles à apprécier, et ne sont pas toujours déterminantes dans l'aptitude à gouverner.

 

Soit dit en passant, j'ai déjà répondu que le contexte actuel était encore plus grave que celui de l'époque de Pie XII, donc quand bien même les enseignements de ce dernier seraient purement contextuels (ce qui n'est pas du tout le cas), cette objection ne serait pas valable. 

J'en appelle à l'honnêteté de mes lecteurs anglophones : lisez les citations du Pape Pie XII, et dites-moi sincèrement si elles comportement une formulation générale ou particulière ! N'importe quel grammairien vous dirait que la formulation est générale, et j'ai envie de dire, n'importe quel idiot. Par conséquent, il est pénible pour moi de recevoir des courriels de tergiversation inutile.

 

Une autre personne m'a dit que selon le cardinal Pie il n'est pas utile de voter ; et elle va jusqu'à dire : "l'autorité du Padre Pio n'a aucune valeur car on peut lui opposer le cardinal Pie". À cela, il est aisé de répondre que c'est précisément l'opinion du cardinal Pie qui n'a aucune valeur : car premièrement son avis à lui seul ne vaut rien comparé à celui des papes, des évêques et des théologiens ; et deuxièmement, l'autorité des prophètes est supérieure à celle des docteurs : et il faut savoir spécialement que le Padre Pio avait des lumières naturelles sur presque tout ce qu'il devait faire (y compris la tenue vestimentaire de ses paroissiennes), tant il était dans l'intimité avec Dieu ; donc il semble clair qu'il savait ce qu'il devait faire en termes de vote.

 

En matière de foi, on peut suivre l'enseignement minoritaire des théologiens (c'est le cas où la question n'a pas été déterminée infailliblement), mais en matière de morale la règle est plutôt de suivre l'opinion majoritaire, afin d'éviter le scandale. Or, dans le cas du vote, l'obligation catholique de voter est au minimum un enseignement majoritaire : la Fraternité Saint Pie X et les Capucins de Morgon le reconnaissent sans problème ; mais comme les papes eux-mêmes (et les évêques !) en ont parlé à plusieurs reprises, et qu'ils se sont prononcés dans le sens de l'obligation, cet enseignement a une plus grande autorité qu'un simple enseignement majoritaire, et il est probablement infaillible.

De toute façon il ne faut pas uniquement suivre les enseignements infaillibles, mais tous ceux qui font autorité. 

(Le concile Vatican II est un cas à part, donc j'ai déjà parlé ailleurs... )

 

Je conclurai en faisant remarquer que la négligence dans l'exercice du vote est décrite comme un péché dans l'examen de confession de tous nos vieux missels. Donc si des ostrogoths continuent d'exercer ma patience en m'adressant des invectives et des messages agressifs, je bloquerai les commentaires. Les querelles ne m'intéressent pas.

Commenter cet article

Denis 07/05/2017 23:32

Rappelons aussi comme vous l'avez dit que si Padre Pio qui était un saint votait, il serait étrange que ce soit un péché mortel. On doit être pragmatique dans la vie et voter même si on aime pas la démocratie, c'est un devoir. Pour chaque vote utile on compense un vote stupide.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents