Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

In Nomine Domini

In Nomine Domini

« Je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité » (Jean XVIII. 37)


Mon testament

Publié par Jean-Baptiste sur 4 Octobre 2020, 19:00pm

 

Cela va bientôt faire dix ans que je suis malade, je suis épuisé par la maladie, et mon coeur s'est affaibli ces dernières années. Je ne pense pas que je vivrai longtemps, à moins d'un miracle de Dieu. J'ai donc besoin de vos prières, pour me préparer le cas échéant.

En 2017, j'ai cru que j'allais mourir d'une crise cardiaque au cours d'une nuit d'été. Cet événement s'est répété l'été 2018, l'été 2019 (environ une semaine après une course que j'ai remportée contre mes collègues), et récemment, suite à la mort de mon frère, en 2020.

Lui-même épuisé, Simon me disait, quelques mois avant sa mort : "on a tout donné, on a fait ce qu'il fallait". Par la suite, drogué à mort contre son gré, il dormait très mal, et sentait sa vie filer entre ses doigts. C'est dans ce contexte qu'il s'est jeté à l'eau.

Si je meurs moi-même prématurément, je souhaite que mes funérailles soient célébrées par la Fraternité Saint Pie X, qu'un dixième de mon argent soit donné à l'Église ou aux pauvres, et que le reste, si possible, soit employé pour l'aménagement d'un oratoire où l'on offrirait des messes, des prières et des pénitences pour les désespérés et les victimes de morts tragiques ; et l'on appellerait cela "L'oeuvre de la merci".

Mon argent ne suffirait pas, mais j'aimerais que cela soit fait.

J'aimerais mourir dans une église, idéalement durant une messe, pour être entouré par mes frères dans la foi, car si je mourrais seul dans mon lit, j'aurais l'impression d'être seul et abandonné. Cependant, on ne choisit pas la façon dont on meurt.

Je ne renie pas la cause en laquelle nous avons cru, et si je n'en parle plus guère, c'est uniquement parce que je suis conscient que très peu sont disposés à y croire, comme me l'a fait remarquer encore récemment l'un d'entre vous au téléphone.

Mon frère n'y croyait plus vraiment dans les moments qui précédaient sa mort, mais quand je lui disais "tu sais que c'est la seule solution, même sur le plan théologique", il me répondait "c'est vrai".

En 2014, quand nous avions été chassés de la chapelle sédévacantiste juste à côté de chez nous (pour avoir défendu cette cause), nous avions rencontré juste après un prêtre sorti de l'Eglise moderniste depuis qu'il avait rencontré, au cours d'un pèlerinage à Fatima en 2007, un personnage censé être mort depuis longtemps...

C'est ce même personnage qui reviendra un jour à Rome pour juger la "Babylone maudite" de l'Apocalypse :

 

Exorcisme du 15 janvier 1985

Il sera là-bas. Il sera alors là-bas. Il dira ce que le Très-Haut lui ordonnera de dire. Il dira cela d'une voix telle que c'est encore permis à un vieillard, pour se faire entendre de la foule, et des prêtres, des cardinaux et même des mauvais et des francs-maçons. Ils se mettront à trembler aux paroles d'un vieillard frêle qu'ils auraient préféré mort, mais qu'ils n'ont pas pu tuer. Ces paroles du vrai Pape Paul VI qui vit réellement et qui doit dire au monde ce qu'est la vérité, ce qu'est et doit être clairement et inviolablement l'Église véritable, qui se relèvera ainsi à la vue des mauvais et des bons. En présence du Vatican en flammes, ceci apparaîtra comme le symbole des flammes du Jugement final où le Très-Haut apparaîtra sous le signe de la Croix pour séparer les bons des mauvais. Ainsi, ce sera semblable en miniature alors à Rome quand le Pape Paul VI apparaîtra, devra réapparaître.

 

Pourquoi cet exorcisme compare-t-il le retour de Paul VI au Jugement Dernier ?

Parce que, comme je l'ai expliqué dans mon ouvrage, dans l'Apocalypse l'excommunication des modernistes constitue le dernier jugement prononcé par l'Eglise, et figure à cet égard le Jugement final qui sera prononcé par Dieu dans l'éternité.

D'où le fait que les chapitres 14 et 18 de l'Apocalypse décrivent un événement préfigurant le Jugement Dernier, là où ce Jugement n'est décrit à proprement parler qu'à partir du chapitre 20 :

14 Puis je regardai, et voici que parut une nuée blanche, et sur la nuée quelqu'un était assis qui ressemblait à un fils de l'homme ayant sur sa tête une couronne d'or, et dans sa main une faucille tranchante.
15 Et un autre ange sortit du sanctuaire, criant d'une voix forte à celui qui était assis sur la nuée : " Lance ta faucille et moissonne ; car le moment de moissonner est venu, parce que la moisson de la terre est mûre. "

Apocalypse XIV. 14-15

1 Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande puissance ; et la terre fut illuminée de sa gloire.
2 Il cria d'une voix forte, disant : "Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande ! Elle est devenue une habitation de démons, un séjour de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau immonde et odieux,
3 parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, que les rois de la terre se sont souillés avec elle, et que les marchands de la terre se sont enrichis par l'excès de son luxe. "
4 Et j'entendis du ciel une autre voix qui disait : " Sortez du milieu d'elle, ô mon peuple, afin de ne point participer à ses péchés, et de n'avoir point part à ses calamités ;
5 car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel, et Dieu s'est souvenu de ses iniquités.

Apocalypse XVIII. 1-5

(Eric me faisait un jour la remarque suivante, parfaitement juste : "certains prétendent que les exorcismes sont faux, mais ils disent la même chose que l'Apocalypse..." Inutile de préciser que je m'étais déjà fait la réflexion)

La possédée suisse, âme victime morte en odeur de sainteté, a donné un prêtre à la Fraternité St. Pie X, en la personne de son fils.

 

Dans l'Apocalypse, les "anges" symbolisent des évêques : on le voit dans la lettre aux sept églises, et cela apparaît sur les vitraux de la cathédrale Saint Pierre à York.

Le ciel symbolise l'Eglise.

Les oiseaux impurs symbolisent des prêtres et religieux en état de péché mortel.

Le pasteur exhorte son troupeau à quitter la fausse Eglise : "sortez du milieu d'elle, ô mon peuple".

 

A l'occasion de l'enterrement de mon frère, avant la fermeture de la tombe, j'ai cité notamment le Psaume 137 décrivant la captivité des Juifs à Babylone, préfiguration de notre captivité à nous sous le règne de la fausse Eglise :

Simon, il y a trois ans, j'étais avec toi à Fatima, en compagnie d'un prêtre. Nous nous trouvions derrière le sanctuaire, à la tombée de la nuit, nous parlions de la situation de l'Eglise, [cependant que le faux prophète Bergoglio prêchait à la foule devant la basilique], et le prêtre récita ce psaume que tu aimais tant, sur la captivité des Juifs à Babylone :

1 Au bord des fleuves de Babylone
nous étions assis et nous pleurions,
en nous souvenant de Sion.
2 Aux saules de ses vallées
nous avions suspendu nos harpes.

3 Car là, ceux qui nous tenaient captifs nous demandaient
des hymnes et des cantiques,
nos oppresseurs, des chants joyeux :
« Chantez-nous un cantique de Sion ! »
4 Comment chanterions-nous le cantique de Yahweh,
sur la terre de l'étranger ?

5 Si jamais je t'oublie, Jérusalem,
que ma droite oublie de se mouvoir !...
6 Que ma langue s'attache à mon palais,
si je cesse de penser à toi,
si je ne mets pas Jérusalem
au premier rang de mes joies !

7 Souviens-toi, Yahweh, des enfants d'Edom,
quand au jour de Jérusalem,
ils disaient : « Détruisez, détruisez-la,
jusqu'en ses fondements ! »

8 Fille de Babylone, vouée à la ruine,
heureux celui qui te rendra
le mal que tu nous as fait !
9 Heureux celui qui saisira et brisera
tes petits enfants contre la pierre !

Je ne renie pas mon commentaire de l'Apocalypse, rédigé il y a trois ans, qui, malgré quelques erreurs, s'inscrit dans la droite ligne des travaux du Père Kramer (la meilleure étude disponible) et se veut une interprétation modeste, soumise au jugement futur de l'Eglise.

 

 

Je ne prétends pas comprendre l'intégralité de l'Apocalypse, mais seulement le sens général des passages évoquant la crise de l'Eglise, surtout le chapitre 12, celui que j'ai le mieux compris.

Quand mon frère s'était intéressé à l'Apocalypse, en 2014, il avait mêlé le vrai et le faux, un peu comme le vénérable Holzhauser, qui qualifiait son livre d' "inspiré" alors qu'il a commis plein d'erreurs (notamment une date fausse sur la venue de l'Antéchrist) ; il faut toujours rester modeste, quand on sait que même les saints ne sont pas à l'abri d'écrire des choses fausses ou dangereuses, comme on le voit avec le millénarisme de Saint Irénée.

Le livre de mon frère a eu trois mérites principaux :

- Il a montré que l'Apocalypse ne décrit pas seulement le règne de l'Antéchrist, mais la période préparatoire qu'est le règne de la fausse Eglise (un certain "Albert Bochud" en avait déjà quelque peu parlé au cours des années 70, dans un fascicule aujourd'hui perdu que j'aurai soin de publier si j'ai le temps) ;

- Corrélativement, les "42 mois" durant lesquels les gentils "foulent aux pieds la ville sainte" ne s'entendent pas seulement des 42 mois littéraux du règne de l'Antéchrist, mais de 42 mois entendus en années, à l'image des "semaines d'années" de Daniel ;

- Sa chronologie de l'Apocalypse (notamment les sept trompettes) ressemble beaucoup à celle du Père Kramer, qu'il n'avait pourtant jamais lu ; or, elle est beaucoup plus juste que celle d'Holzhauser.

Ses défauts, maintenant, sont les deux suivants :

- Il a écrit des choses excentriques que je n'ai jamais approuvées (des spéculations sur les chiffres, par exemple) ;

- Le point de départ qu'il a fixé aux "42 mois" est faux, comme nous l'avons expliqué avec Eric Faure.

 

Je ne prétends imposer à personne de croire à la survie de Paul VI, tout ce que je dis, c'est qu'il s'agit de la seule solution théologique défendable (aussi incroyable puisse-t-elle paraître), car comme l'a admis l'abbé Rioult dans un article de 2016, la position de la Fraternité Saint Pie X et celle des sédévacantistes contredisent plusieurs caractères de la Constitution Divine de l'Eglise :

- Du côté de la Fraternité, un pape ne peut pas imposer définitivement une liturgie universelle nuisible à la foi (d'où la thèse du sosie, que nous défendons), canoniser des personnes qui ne sont pas saintes, ou encore enseigner publiquement que les adultères sont autorisés à communier : même en l'absence d'infaillibilité stricte, le pape ne peut tromper "gravement" les fidèles sur la foi ou les moeurs (c'est la différence entre l'infaillibilité stricte qui exclut toute erreur théologique, et la sécurité infaillible du magistère authentique, qui exclut les erreurs graves).

- Du côté des sédévacantistes, si le Siège était vacant l'Eglise travaillerait à élire le prochain pape ; par ailleurs, où est l'Eglise enseignante aujourd'hui, et la juridiction ordinaire (on peut poser la même question à la Fraternité) ?

 

1°) Paul VI est le dernier pape ayant fait l'objet d'une acceptation pacifique et universelle : après lui, tous ont été élus dans un contexte où ils n'ont pas vraiment été reconnus, à cause de la "rupture" liée à la réforme liturgique : la Fraternité Saint Pie X n'a jamais reconnu Wojtyla et ses successeurs sur le plan pratique, car elle ne s'est jamais soumise à eux en adhérant sans réserve à leur enseignement et à leur discipline. A cet égard les théologiens ont toujours enseigné que le fait de reconnaître un pape implique une adhésion sans réserve ; or la Fraternité vit encore de façon en grande partie autonome par rapport à Bergoglio, elle ne le reconnaît pas, et elle a raison...

2°) Aucun autre pape n'a été reconnu pacifiquement et universellement depuis.

3°) Or la perpétuité de la succession apostolique implique que si Paul VI était mort, l'Eglise aurait travaillé à élire un pape, qui aurait joui de cette reconnaissance pacifique.

4°) Donc Paul VI est infailliblement vivant, et il s'agit, selon le terme théologique, d'une "certitude de foi ecclésiastique", en raison du fait dogmatique de sa reconnaissance pacifique.

 

Ce que j'ai écrit en 2015 dans mon ouvrage "La survie de Paul VI : une certitude de foi", je ne le renie pas, quitte à mourir en étant considéré comme un malade mental :

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents