Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La survie de Paul VI et son retour à Rome

La survie de Paul VI et son retour à Rome

Le vrai Troisième Secret de Fatima reconstitué


"La France a corrompu l'Univers"

Publié par Éric FAURE sur 12 Juin 2016, 19:30pm

« La France a corrompu l'univers, un jour elle sera punie. » extrait du secret de Notre Dame de la Salette donné à Maximin, rédaction du 6 juillet 1851. .

        Notre Dame  parle ici de la responsabilité de la France dans la grande Apostasie des derniers temps de l’Eglise que nous vivons actuellement avec l’avènement de l’église wojtylienne, la Babylone maudite de l’Apocalypse, la mère de toutes les prostitutions de la terre, ouvrant grands ses portes à tous les faux cultes, à toutes les idoles et les démons. La France a corrompu l’univers par son apostasie qui a commencé véritablement avec toutes les atrocités et les abominations qui ont été commises contre l’Eglise et dans les lieux de cultes lors de la révolution de 1789. Songeons par exemple à ce que les historiens appellent  « le  culte de la raison », à ces cérémonies sacrilèges et diaboliques qui se sont exercées à l’intérieur même des églises, où on peut parler d’abomination de la désolation prélude à celle qui s’étendra non pas  localement en France, mais  dans  toute l’église officielle romaine depuis Paul VI jusqu’à nos jours.

 

     Ce culte immonde où l’homme se met à la place de Dieu, instauré par les hébertistes athées où une femme de mauvaise vie ( cf. illustration  ci-dessus )  fût prise comme emblème de « la raison », élevée comme une idole dans la cathédrale de Notre Dame de Paris et dans d’autres lieux de cultes,  s’accompagna pendant la révolution de 1789, de  la mise au feu des Saintes Ecritures, des bréviaires et des missels, de la destruction des images du Christ et des saints, de toutes les croix, avec des processions sacrilèges, et les ventes des presbytères. Retenons également sous cette révolution véritablement et ouvertement satanique,  l’interdiction de communier et de baptiser, le mariage réduit à un simple contrat civil, ce sacrement de l’adultère et les profanations de cimetières, les  démolitions des clochers avec la fonte des cloches et des objets du culte, la suppression du calendrier Grégorien par un calendrier satanique chassant toutes références au christianisme, avec l’abolition du dimanche et de toutes les fêtes chrétiennes, les remplacements des noms de lieux, et j’en passe !

  Dans une église de France, l’abomination de la désolation trône, et les français comme les hébreux qui se sont  corrompus sous Moïse avec le veau d’or, dansent, chantent, s’amusent, et  se livreront à toutes sortes de débauches et de blasphèmes.

 

 

«  La France est la seule nation au monde et dont les registres authentiques ont survécu, qui ait officiellement osé, en tant que nation, lever la main en rébellion ouverte contre l’Auteur de l’Univers. Beaucoup de blasphémateurs et d’incrédules ont existé et existent encore en Angleterre, en Allemagne, en Espagne et ailleurs ; mais la France occupe une place à part dans l’histoire de l’humanité, comme étant le seul Etat qui, par un décret de son assemblée législative, ait déclaré que Dieu n’existe pas, et dont la vaste majorité de sa population, tant dans la capitale qu’en province, les femmes aussi bien que les hommes, aient accueilli cette nouvelle par des danses et des chants de joie. », remarquera-t-on, pas seulement en France, mais en dehors de la France (Blackwood’s Magazine, Novembre, 1870), la révolution en Russie de 1917, ne faisant que suivre l’exemple de cette France là, par son athéisme d’état.

Ci-dessus,  une procession sacrilège, lors de la révolution de 1789,  carnaval diabolique avec comme trophée les biens de l’Eglise, sous les rires et les applaudissements. Il ne faut jamais oublier l’origine satanique de la république en France qui n’a rien à voir avec la république de Venise au Moyen Age. 

 

 

Et pour couronner le tout, rappelons  ce que les historiens appellent encore « le culte de l’Etre suprême » instauré par les montagnards théistes, et qui donne une impulsion encore plus luciférienne au «  culte » abominable des hébertistes. 

 

    

Ci-joint, ci-dessus, une illustration d’époque, de ce que fût, le culte dit de l’Etre Suprême, où Robespierre par un absolu cherche à légitimer la loi du peuple en révolte contre Dieu. Ce dernier avec les montagnards avait besoin d’un « Absolu » qui soit une sanction transcendante dans le domaine politique, comme Antiochus IV pour réprimer les hébreux fidèles à la véritable Religion, les persécutait au nom de Zeus, le dieu suprême des grecs, perçu comme « l’Etre suprême », par Antiochus IV.  Certes, Robespierre s’appuie sur Rousseau lui-même non chrétien malgré les apparences et influencé par les juifs déicides et s’appuie sur Voltaire qui blasphémait de la sorte : « je suis las d’entendre les gens répéter que douze hommes ont fondé la religion chrétienne. Je prouverai qu’un seul homme suffit pour la renverser », pour imposer son Culte immonde. Certes, Antiochus s’appuyait sur la mythologie païenne et sur ce que lui enseignait la secte  pro-hellène satanique de Simon vouée au pseudo-pontife Ménélas,  mais la démarche est fondamentalement la même, celle de persécuter les croyants au nom de Dieu, et cette soit disant « divinité » qui peut approuver ce renversement de la véritable religion, ne peut être que Lucifer.

     Sur la Cathédrale de Clermont-Ferrand, avait été  affiché à la peinture : « Le peuple français reconnait l'Etre Suprême et l'immortalité de l'âme ». Un décret du 18 floréal an II (7 mai 1794), adopté par la Convention montagnarde sur un rapport de Robespierre (Comité de salut public), instituait un calendrier de fêtes républicaines marquant les valeurs dont se réclamait la République et se substituant aux fêtes catholiques : à l’Être suprême

& à la nature ; au genre humain ; au peuple français ; aux bienfaiteurs de l’humanité ; aux martyrs de la liberté ; à la liberté & à l’égalité ; à la République ; à la liberté du monde ; à l’amour de la patrie ; à la haine des tyrans & des traîtres ; à la vérité ; à la justice ; à la pudeur; à la gloire & à l’immortalité ; à l’amitié ; à la frugalité ; au courage ; à la bonne foi ; à l’héroïsme ; au désintéressement ; au stoïcisme ; à l’amour ; à la foi conjugale ; à l’amour paternel ; à la tendresse maternelle ; à la piété filiale ; à l’enfance ; à la jeunesse ; à l’âge viril ; à la vieillesse ; au malheur ; à l’agriculture ; à l’industrie ; à nos aïeux ; à la postérité ; au bonheur. En outre, elle établissait le culte à l'Être Suprême, qui se juxtaposait au culte de la Raison.

      Cette liste des persécutions contre l’Eglise lors de la révolution de 1789, qui ne se veut nullement exhaustive, ne doit bien évidemment pas nous faire oublier  tous les crimes et abominations commises contre les catholiques fidèles eux-mêmes, massacres des prêtres réfractaires et des religieuses, « déprêtisation » des prêtres et évêques constitutionnels, noyages collectives, génocide de la Vendée, fours crématoires où les victimes furent brûlées vives, massacres d’enfants comme du temps d’Antiochus IV, et l’on pourrait dresser un musée de l’ horreur, avec toutes les atrocités qui furent commises, la France devançant toutes les autres nations dans ces attaques sataniques, les surpassant dans l’iniquité, cette France « satanisée » devenant un modèle pour tous les lucifériens du monde.  

 

 

          Il ne s’agit pas de s’attarder ici sur toutes ces  persécutions sataniques car  il ne manque pas d’ouvrages détaillant toutes les atrocités commises en France contre N.S. Jésus-Christ et les membres de son Eglise, mais de faire le lien qui s’impose entre ces persécutions sous la révolution de 1798  et celles d’Antiochus IV au II siècle avant Jésus-Christ, qui se ressemblent d’autant plus, qu’elles sont de même nature, et préfigurent par leur sauvagerie, la dernière persécution des catholiques qui doit avoir lieu tout à la fin du monde. En effet, ce roi usurpateur a fait interdit la véritable Religion partout en Judée et pas seulement dans Jérusalem et les environs, et il consacra le temple de Jérusalem aux dieux grecs, et pilla le Temple, comme le fit la France en 1789 qui consacra les lieux de culte de l’Eglise à ses faux dieux et les pilla. Dans son édit de décembre 167 av. J.C., Antiochus ordonnât d’offrir des porcs en holocauste, interdit la circoncision, la pratique du vrai culte, et pourchassa les fidèles de la véritable religion hostile à cette révolution satanique. Parmi les martyrs de la Synagogue de Dieu, on compte sous son régime, comme martyrs, pas seulement des hommes et des femmes, mais des vieillards et des enfants, les exemples les plus illustres étant le martyr du vieillard Eléazar et celui des sept enfants avec leur mère. Antiochus était un monstre qui avec ses troupes de séleucides et de mercenaires,  n’hésitait pas pour supplanter la véritable religion par sa révolution satanique, à jusqu’à massacrer les jeunes et les vieux, à mettre à mort des femmes et des enfants, à massacrer des vierges et des nourrissons, en grand nombre, tous les membres du peuple de Dieu qui lui résistaient, exactement comme le firent les nouveaux représentants de l’Etat français avec leurs  troupes révolutionnaires sanguinaires en France sous la terreur et pas seulement en Vendée.

 

 

      Tout au long de la Loire, de Saumur jusqu’à la mer, de grandes volées de corbeaux se nourrissait de la chair « des cadavres nus entrelacés dans des étreintes ignobles », qui montre que l’on ne faisait grâce au cours de la révolution en France, «  ni au sexe, ni à l’âge ». Le nombre des jeunes gens et des jeunes filles de dix sept ans qui furent immolés sous cet horrible régime est par centaines. Les jacobins se lançaient l’un à l’autre, avec une pique, des bébés arrachés au sein maternel » (M.A. Thiers, History of the french révolution) et « dans le cours espace de 10 ans, des millions d’êtres humains périrent ».

        Ces similitudes de persécutions sont particulièrement frappantes, bien que l’on soit relativement seul à les souligner, pour entrer dans le sens réel du secret donné à Maximin par Notre Dame de la Salette. Il importe de savoir, que ce qui a donné autant de force à Antiochus IV, ce sont les juifs apostats qui soutenaient sa politique d’hellénisation de la Judaïsme qui est une politique de supplantation de la véritable religion par une fausse religion se présentant que la véritable religion et en continuité avec le vrai culte, et tout particulièrement une secte satanique qui s’est infiltrée dans le clergé hébraïque jusqu’à s’élever au souverain pontificat, exactement comme ce qui a donné autant de force à la révolution de 1789 contre l’Eglise, ce sont les catholiques apostats soutenus par la franc-maçonnerie qui avait infiltré au XVIII ème siècle, le clergé français et son épiscopat.     

    Disons  avant de rentrer dans la signification la plus haute du secret donné à notre Dame de la Salette à Maximin,  que  la France a eu pendant cette période que nous évoquons,  un comportement contre les catholiques fidèles  et la véritable Religion tout aussi violent, barbare, et exécrable que celui d’Antiochus IV à l’égard des fidèles et de la véritable Religion sous l’Ancienne Alliance, et même infiniment supérieur en iniquité, et pas seulement par le nombre des martyrs bien  plus élevé.  En effet,  Antiochus IV ne s’en prenait pas à son propre peuple, les grecs séleucides, mais uniquement aux hébreux fidèles à la Loi de Yahvé, et n’a jamais été croyant, alors que la France en revanche a été la fille ainée de l’Eglise, était de toutes la nations, la première et la plus christianisée, la plus donnée à N.S. Jésus-Christ et à Notre Sainte Mère l’Eglise, la plus consacrée à la très Sainte Vierge Marie, la plus aimée , la plus choyée, la plus privilégiée de Dieu, et sa chute par conséquent n’en a été que plus grande et plus terrible.

 

 

  L’artiste de cette image a voulu représenter les persécutions séleucides conduites par Antiochus IV contre les croyants, massacres des croyants, profanation des objets du culte, mise en place d’un faux autel, sous la statue de Zeus olympien, on croirait que cela se passe sous la révolution de 1789, elle-même inspirée par les grecs de l’antiquité,  du moins ici par l’image,  le rapprochement est ici lumineux !  Et maintenant, comprenons pourquoi, le Seigneur a permis la révolution de 1789 et la déchéance de la France … Ce sont les désordres et les crimes des hommes », c'est-à-dire des catholiques, des membres chers au cœur du Seigneur qui « percent la voute des cieux » dira Notre Dame de la Salette à Mélanie, et il est logique, que ce qui fait le plus de mal au bon Dieu, c’est le mal que font ses propres enfants. En même temps que Notre Dame de la Salette explique à Mélanie ces choses, elle explique à Maximin,  pourquoi le Seigneur va permettre à la France d’apostasier, apostasie qui commença violemment par la révolution de 1789, puis en douceur par la suite. C’est parce que « la France a corrompu l’univers », par ses innombrables péchés.

 

 

      Ci-joint, Louis XIV et sa famille par Jean Nocret. On voit tout de suite la débauche du roi avec ses innombrables adultères et son attirance pour la Grèce antique, voir la Rome païenne .On n’aperçoit plus ici un grand Monarque chrétien, mais un roi aimant les plaisirs et les femmes, l’image d’un roi puissant et viril, ayant beaucoup de concubines et d’enfants, un bon vivant en somme qui dans ce type de posture, le rendrait presque sympathique auprès des révolutionnaires de 1789. Certes, il y avait du bon en lui. Il aimait sincèrement N.S. Jésus-Christ, se présentait comme un défenseur de la Foi Catholique. Mais sa part d’ombre a incontestablement contribué à la chute de la monarchie française ; ce sont ses péchés à lui, qui ont provoqué la sainte Colère de Dieu sur la France !  Le mauvais exemple vient d’en haut ! Pourquoi, moi, dit le révolutionnaire du tiers Etat, je ne mériterais pas de me trouver ici à sa place dans le luxe et les plaisirs ! N’ai-je pas droit au bonheur ? 

        En effet, c’est par la  France que le christianisme a pu s’imposer en Europe avec Clovis puis avec Charlemagne, et c’est par la France, que le christianisme sera chassé de l’Europe. Et les rois de France, eurent dans cette déchéance, une responsabilité énorme, à commencer par Louis XIV avec ses relations adultères permanentes et son train de vie scandaleux et répugnant, à Versailles, qui s’est même opposé pas mal de temps à la papauté tout en se présentant paradoxalement comme le roi soleil, titre qui revenait en priorité au véritable roi de France qu’est  N.S. Jésus-Christ, dont lui, Louis XIV n’était en vérité que le lieutenant. On l’oublie bien souvent, mais Louis XIV alla  jusqu’à  refuser scandaleusement au Christ « la consécration de la France à son sacré cœur et sa représentation sur les étendards du royaume », demande qui lui avait été transmise par Marguerite Marie Alacoque ; ce roi en vérité bien misérable qui ignorait sa nudité, qui se croyait riche, mais qui était si pauvre des choses de Dieu, s’était entouré malheureusement de bien mauvais prêtres et en particulier de jésuites, qui auraient dû être paradoxalement les premiers à vouloir  le remettre sur le droit chemin, mais rien de fut fait de leur part ;  aussi le Seigneur dans sa grande miséricorde envoya à Louis XIV  une religieuse reconnue « sainte » dans l’Eglise en 1920, mais qui ne fût pas écoutée pour autant par lui et les prêtres de son entourage qui brillèrent par leur laxisme , leur médiocrité et leur méchanceté.  Cette demande qui fut faite le 17 juin 1689, ayant été scandaleusement rejetée et méprisé, sera suivie  cent ans plus tard, jour pour jour, par la proclamation du Tiers Etat en assemblée nationale le 17 juin 1789, qui est une rupture avec la France de Clovis, et l’ordre des jésuites et pas seulement la royauté française, subirent les conséquences de ce refus.

 

Sainte Marguerite Marie Alacoque recevant le message

qu’elle doit transmettre à Louis XIV

 

      Et il n’est pas si étonnant que cela à la réflexion,  que le dernier des antipapes que nous connaissons sous le nom de Bergoglio, lui qui crucifia de nouveau N.S. Jésus-Christ en élevant Wojtyla sur les autels, se réclame de l’ordre des jésuites,  Bergoglio  étant l’aboutissement ultime de la décadence de l’ordre des Jésuites qui avait si bien servi dans ses débuts N.S. Jésus-Christ et qui avait contenu autrefois tant de martyrs, le démon pervertissant tout ce qu’il y avait de grand et noble dans l’Eglise. Ne nous étendons pas sur  Louis XV, avec ses inconduites dans la vie privée, et  sa tiédeur, qui perdit toute sa popularité, à un tel point que sa mort par la petite vérole, provoqua des festivités dans Paris, comme à la mort de Louis XIV.  Quant à Louis XVI, il a soutenu l’indépendance des Etats unis d’Amérique, or ces états étaient dirigés par des franc-maçons eux-mêmes imbibés des idées révolutionnaires qui venaient de la France, et Louis XVI commit tant de fautes lui aussi, que son martyr n’a pas suffit  à enrayer la marche irrésistible de la France vers sa propre fin !

 

 

Louis XV dans le film «  Louis XV, « le soleil noir ». Après lui, il craignait le déluge …et le déluge tomba effectivement sur Louis XVI, qui dès le début de son règne, était dans une situation presque impossible à redresser. Avec le recul de l’histoire, on sait bien, ce qu’il aurait fallu que Louis XVI fasse pour empêcher la catastrophe, mais son éducation déplorable et son caractère, l’ont desservi. Par sa piété, par sa fidélité conjugale, et son amour du peuple, sa naïveté et son extrême gentillesse,  il était la victime idéale pour les révolutionnaires. La noblesse qui a empêché le roi de faire les réformes qui s’imposaient, porte également sa part de responsabilité dans ce drame collectif, mais contrairement à ce que beaucoup de gens croient, ce n’est pas elle qui fut persécutée, mais les catholiques fidèles au pape dans leur ensemble. « Les aristocrates à la lanterne », ce sont tous les croyants, les vrais catholiques, à commencer par le Roi.  

 

 

Louis XVI, le roi qui par son martyr, préfigure le pape martyr de la fin  des temps, qui à l’inverse de Louis XVI,  sera protégé miraculeusement, sera comme un tison tiré du feu,  comme le dit l’Apocalypse du Prophète Zacharie, au sujet du pontife martyr de la fin des temps sortant de son exil caché. La croyance en la survivance du dauphin Louis XVII, est liée aux prophéties parlant d’un roi que le monde croira mort, mais qui reviendra à l’improviste pour anéantir les ennemis de Dieu. Elle est une mauvaise interprétation de ces prophéties, qui en fait concerne le pape martyr des derniers temps, ce monarque, que le monde croira mort et qui sortira de son exil, qui a vaincu  par son retour miraculeux tous les ennemis de Dieu.  C’est parce que Louis XVI était contre la constitution civile du clergé, était fidèle au Pape et à l’Eglise, que les révolutionnaires l’ont condamné surtout à la guillotine, et ironie du sort, ce que peu de personnes savent, c’est que  Louis XVI bon mécanicien,  améliora le fonctionnement de la guillotine en conseillant Joseph Ignace  Guillotin, l’inventeur de cette machine infernale. Cette machine décapita la plupart des gens du peuple, et pas seulement des catholiques en masse, la révolution de 1789 dévorant également les révolutionnaires eux-mêmes, ses propres enfants, à l’image du démon dévorant ses propres adeptes !    

      Les guerres napoléoniennes qui furent catastrophiques pour la France puisque cela se soldèrent par un désastre extrêmement cher en vie humaine et à tous les niveaux,  eurent surtout  pour  effet néfaste dans le monde, d’étendre un peu partout en Europe, les idées révolutionnaires de 1789, et Napoléon Bonaparte par ce qu’il fit endurer à l’Eglise et à la papauté, sous bien des aspects se présente comme un précurseur de l’antéchrist.

 

 

…« L’antéchrist  à cheval »,  et non pas comme le disait Hegel, « la Raison à cheval ». La participation de Napoléon Bonaparte  à la déchristianisation de l’Europe est  d’un poids considérable indéniable, même si ce dernier dans ses écrits,  s’est montré plein d’éloges à l’égard de  l’Eglise catholique.  Ses victoires sur le champ de bataille ne furent qu’éphémères, n’apportèrent au final que de mort et désolation ! Il n’hésita pas pour venir à bout des royalistes récalcitrants de faire enlever illégalement  le duc d’Enghien, qui fût passé par les armes par un simulacre de jugement, crime et faute politique tout à la fois, sans compter que Napoléon savait le duc innocent. Napoléon par ce crime, prouva à la Révolution, qu’il se mettait de son côté, du côté des régicides. Comme Antiochus IV, il prit le pouvoir par un coup d’Etat. Le polonais Wojtyla est un précurseur de l’antéchrist, cependant infiniment plus grand que Napoléon premier. La Pologne fut acquise aux idées de 1789, par Napoléon Bonaparte, devenant l’une des nations la plus ouvertes aux loges maçonniques.  Petite digression : «  Après le troisième partage de la Pologne en 1795, beaucoup de Polonais croient que la France voudra venir en aide à la Pologne, les pays s’étant partagé la Pologne (PrusseAutriche et Russie) étant tous ennemis de la France. De nombreux officiers, soldats et volontaires émigrés de Pologne et établis dans d’autres pays, particulièrement en Italie, s’engagent dans les armées locales. Avec le soutien de Bonaparte, des unités spéciales de Polonais sont créées ; elles sont commandées par des Polonais, et utilisent les grades polonais. On les appelle les Légions polonaises et sont considérées comme une armée polonaise en exil sous autorité française. Les principaux chefs de cette armée sont Jan Henryk DąbrowskiKarol Kniaziewicz et Józef Wybicki. Les légions polonaises servirent dans l’armée française durant les guerres de la Révolution et de l’Empire, des Antilles à la Russie et de l’Italie à l’Égypte. » ( Wikipédia , légions polonaises –armée française.)

Quant à Napoléon III, Notre Dame de la Salette en fera une préfiguration des faiseurs de miracles que sont les franc-maçons dans l’entourage du pape, de par son appartenance à la franc-maçonnerie, son désir d’être à la fois pape et empereur, son hypocrisie,  et par sa trahison à l’égard de Pie IX et des catholiques, les faiseurs de miracles dans le secret donné à Mélanie, étant bien des infiltrés dans l’entourage du pape, désirant s’accaparer des pouvoir du pape et des autres Apôtres, à l’image de Simon le magicien, des francs maçons, des gens au cœur double, voulant s’accaparer de la fonction pontificale pour mieux dominer les peuples, comme cela est dit de Napoléon III , par Notre Dame de la Salette. Ce dernier exemple, à l’inverse de tous les autres exemples que l’on pourrait multiplier à volonté, est de loin cependant, celui qu’il faut privilégier, car il montre la culpabilité de la France pas seulement dans la perte des Etats pontificaux et les persécutions qui s’exercèrent à l’égard de Pie IX, mais aussi dans la perte de la fonction pontificale, elle-même, dont Paul VI fut dépouillé et principalement par un français le cardinal Villot, cardinal camerlingue, qui est dans la crise affreuse de l’Eglise, ce qu’a été Simon prévôt du Temple lors de la crise maccabéenne, le cardinal Villot ayant été préfiguré par Simon le prévôt du Temple qui ne pensait qu’à évincer le vrai pontife Onias III de sa fonction pontificale, pour mettre à sa place un pseudo-pontificat.

 

Le cardinal Villot, un français franc-maçon, de tous les faiseurs de miracles, il est le plus grand.

 

 

 

Napoléon III était de source certaine un carbonari, un franc-maçon. C’est de ce français là,  dont parle Notre Dame de la Salette, quant elle dit «  Napoléon » dans son secret à Mélanie, aussi, ceux qui veulent voir Napoléon premier ou Bonaparte, dénature le sens littéral du secret, et ne peuvent accéder au sens réel de son secret. 

        On dit à juste titre à la suite du cardinal belge franc -maçon Suenens, que le dernier concile a été la révolution de 1789 dans l’Eglise, qui montre jusqu’à quelle point la France dans le mystère d’iniquité a la première place, pas seulement la franc maçonnerie se réclame de cette révolution, mais aussi les communistes de tout bord, pas seulement ceux de Russie,  la France ayant dans le mystère d’iniquité, un rôle de premier plan. Elle a été le ressort permettant à Satan d’avoir son emprise sur la planète entière. « La  Rome païenne », dont parle Notre Dame dans son secret à Mélanie, en disant «  Rome païenne disparaîtra » , qui est la bête qui autrefois était vivante  sous les empereurs de Rome et qui persécutait les chrétiens,  qui a cessé d’être la bête avec Clovis, pour devenir Chrétienne, et qui est revenue de l’abîme avec l’Union Européenne, Union Européenne qui est un retour à la Rome païenne persécutrice des premiers chrétiens, n’a pu s’imposer que par la France avec les idées de 1789 !

 

 

La femme assise sur la bête, symbolise ici  la nouvelle Europe païenne,  et c’est aussi l’église wojtylienne, la grande prostituée, qui s’est débarrassée  de la véritable Eglise catholique, et qui vient cautionner spirituellement l’Union Européenne, en la chevauchant représentée sous la forme d’un taureau ou d’une bête à cornes. La France a joué ici dans l’U.E. un rôle de premier plan.

« Le symbole choisi pour représenter l’Europe fut “la Femme assise sur la Bête.” Cela vient d’une prophétie du chapitre 17 du Livre de l’Apocalypse. Cette Prostituée a aussi été représentée sur le timbre commémoratif de l’Union Européenne, ainsi que sur un immense tableau figurant à l’intérieur des nouveaux locaux du Parlement Européen à Bruxelles. Elle figure aussi sur une immense sculpture, à l’extérieur du nouveau bâtiment du Conseil des Ministres de l’Union Européenne à Bruxelles. Certaines nouvelles pièces de la monnaie européenne portent aussi le même symbole (…) "El", le dieu suprême du panthéon décadent de Canaan, était souvent appelé "El le taureau". C'était le dieu de la fertilité. Baal, également dieu de la fertilité, de l'orage, de la pluie et de la végétation, est aussi appelé le "taureau". De même, chez les Hittites, les Araméens et les Babyloniens, les dieux taureaux étaient dominants dans leurs religions, sans parler des nombreux taureaux et veaux étroitement associés au culte du dieu égyptien Horus. »   Article de Ian Paisley, le siège de l’antéchrist et la femme assise sur la bête.

C’est bien la France qui a corrompu « l’univers », c'est-à-dire tout l’espace des nations, jusqu’à la Chine  elle-même, avec la révolution culturelle, et pas seulement l’Amérique et la Russie, qui sont les trois  derniers gros blocs par lequel « la dernière guerre » aura lieu.  Et c’est pour cela que la France sera durement châtiée : «  Dieu ne se souviendra plus de la France (…) parce que l’Evangile n’est plus connu (…) Paris sera brûlé et Marseille englouti. » dira dans le même temps Notre Dame à Mélanie. Par « la France », il faut entendre les catholiques de ce pays, et pas les non catholiques qui sont dans ce pays, car ce sont « les désordres et les crimes des hommes », c'est-à-dire des catholiques, « qui percent la voûtes des cieux. » Comment la France sera-t-elle punie, c'est-à-dire comment les catholiques de France seront-ils punis ? C’est ce que va nous révéler ensuite  Notre Dame de la Salette , et c’est là que commence vraiment le secret de Notre Dame de la salette donné à Maximin, car on savait déjà que la France a corrompu l’univers, mais ce que les catholiques dans leur ensemble ignorent, c’est le châtiment de la France consécutif à son rôle de premier plan dans la grande apostasie, en quoi ce châtiment consistera-t-il ? Comment la France sera-t-elle punie ? Que lui arrivera-t-il ? C’est ce que nous verrons dans un prochain article. Ce que nous disons ici fait partie d’un livret, dans lequel, est expliqué le secret de la Salette donné par Notre Dame à Maximin Giraud.  

 

Eric  Faure, auteur de l’ouvrage  le sosie de Paul VI dans le secret de Notre Dame de la Salette.

http://secretdelasalettepaulsix.eklablog.com/-a107460974121

 

/ob_7ce507_sosiepaulvi-ericfaure.pdf

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents